La commission scolaire maintient sa réduction du nombre de périodes consacrées aux arts plastiques ainsi qu'à l'anglais, à l'éducation physique et à la musique au primaire.

Enseignement réduit des spécialités: des Hautes-Rivières rejette l'offre syndicale

L'enseignement des spécialités au primaire (anglais, arts plastiques, éducation physique et musique) sera bel et bien réduit à partir de l'automne 2017 à des Hautes-Rivières, a réitéré la commission scolaire à sa dernière assemblée publique.
La mesure controversée fera passer le nombre de cours de spécialités à neuf périodes par cycle de 10 jours au lieu de l'équivalent de 11, présentement. Elle permettra à la commission scolaire d'économiser un million par année, car de 7 à 10 postes d'enseignants spécialistes seront abolis.
Des Hautes-Rivières espère ainsi améliorer ses résultats scolaires puisque les élèves feront davantage de français et de mathématiques.
Très opposé à cette décision, le Syndicat de l'enseignement du Haut-Richelieu (SEHR) avait, avant les Fêtes, fait une ultime proposition à l'employeur. L'offre maintenait la suppression de postes tout en préservant le nombre de cours de spécialités. Les enseignants titulaires, soit ceux qui passent le plus de temps avec les élèves, auraient pris le relais.
Mais la commission scolaire a officiellement rejeté cette possibilité, mardi soir. « Je suis déçue parce que ce sont les élèves qui vont faire les frais d'une économie d'un million, indique la présidente du SEHR, Jacinthe Côté. Je ne suis pas convaincue que l'ancienne façon de faire nuisait aux résultats. On n'a pas de preuve de ça. J'ai plus le sentiment qu'on vient détériorer l'enseignement donné aux enfants. »
Statu quo
Bien entendu, des Hautes-Rivières n'est pas de cet avis. La « modification de l'horaire cycle » vaut la peine d'être essayée, estime la présidente Andrée Bouchard. « Si on veut réussir plus, réussir mieux, le statu quo doit être modifié », avait-elle indiqué à La Voix de l'Est en décembre. Peut-être que nos élèves vont réussir mieux avec plus de français et de mathématiques. »
Au SEHR, on souhaite continuer à informer les parents des conséquences de cette décision. Les conseils d'établissement des écoles de la commission scolaire des Hautes-Rivières, dont font partie les établissements d'Ange-Gardien, Marieville, Rougemont, Saint-Césaire et Saint-Paul-d'Abbotsford, auront aussi à décider de la répartition de certaines heures des spécialités.