Jean-Pierre Bellemare pourrait subir bientôt son procès pour les événements survenus à Sutton en septembre 2018.

Enlèvement d’une fillette à Sutton: un procès se dessine

L’étape du procès approche pour un homme accusé d’avoir entre autres participé à l’enlèvement d’une fillette à Sutton, en 2018.

« On est prêts à fixer [le procès] », a indiqué la procureure de la Couronne Me Valérie Simard-Croteau, mercredi, lors du retour en cour de Jean-Pierre Bellemare.

Le récidiviste de 53 ans fait face à pas moins de 38 chefs d’accusation. Hormis sa participation alléguée à l’enlèvement et à la demande de rançon — ratés — d’une jeune fille de 12 ans à Sutton, on lui reproche d’avoir, deux mois plus tôt, agressé sexuellement deux employées d’une maison de transition de Montréal.

Il est également accusé d’introduction par effraction, d’enlèvement, de séquestration et de fraude dans d’autres dossiers.

Portant désormais la barbe fournie, M. Bellemare, qui est détenu au Québec depuis juin dernier après avoir purgé une peine aux États-Unis, souhaite se représenter seul. Il a par ailleurs révoqué son droit à une enquête sur remise en liberté et à une enquête préliminaire.

La Couronne a indiqué, mercredi, qu’elle aura bientôt transmis à l’accusé la totalité de la preuve amassée contre lui dans le dossier de Sutton. Me Simard-Croteau estime également que l’éventuel procès ne durera « pas moins d’un mois ».

M. Bellemare, qui a demandé à ce que les audiences se déroulent devant juge et jury, s’est toutefois plaint de ne pas avoir suffisamment accès à un ordinateur en prison pour préparer sa défense. Le juge Charles Ouellet, de la Cour supérieure, a émis une recommandation pour que ces accès lui soient facilités.

Il doit revenir devant la cour en mars pour fixer une date de procès.

Prison

Jean-Pierre Bellemare a passé la majeure partie de sa vie en prison pour sa participation à un rapt similaire à celui de Sutton, mais commis aux dépens du fils d’un policier de Laval, en 1986. Là aussi, il avait exigé une rançon et là aussi, la victime avait réussi à s’échapper. Il a aussi commis plusieurs autres infractions.

La fillette de Sutton, cueillie alors qu’elle attendait l’autobus scolaire, avait été séquestrée et ligotée pendant plusieurs heures dans une maison inhabitée. 

M. Bellemare avait été arrêté au lendemain de ce crime, soit le
20 septembre 2018, alors qu’il tentait de fuir aux États-Unis. Son complice allégué dans cet enlèvement, Jean-Guy Vallières, est aussi détenu, mais s’est montré enclin à reconnaître ses torts.