On voit ici le poste de livraison de gaz naturel de Shefford, dont la superficie est appelée à grandir.

Énergir veut consolider ses infrastructures de gaz naturel dans la région

La Régie de l’énergie a donné son aval à un projet de consolidation du réseau de distribution de gaz naturel en Estrie et en Montérégie, estimé à plus de 24 millions $, présenté par Énergir. Des travaux doivent notamment avoir lieu au cours de l’été 2021 à Shefford, Bromont, Farnham, Waterloo, Cowansville et Granby.

Le projet concerne principalement Gazoduc Trans Québec & Maritimes (TQM) et le distributeur Énergir. TransCanada PipeLines Limited (TCPL) fait également partie de l’équation. La demande de gaz naturel en hausse constante au cours des dernières années, jumelée à l’âge avancé des gazoducs et équipements connexes, a mené les entreprises à trouver des pistes de solutions pour suivre cette tangente. « Les conduites datent des années 1980 pour la plupart. On arrivait à la saturation du réseau », a indiqué en entrevue le directeur des affaires municipales chez Énergir, Louis-Pascal Cyr.

Une première ébauche avait été présentée en 2015. Or, Énergir a fait volte-face. « En mai 2015, [Énergir] a retiré sa demande d’investissement visant le renforcement du réseau de transmission de l’Estrie, même si des investissements en renforcement étaient inévitables dans le futur sur le réseau de transmission de cette région, peut-on lire dans la récente décision de la Régie de l’énergie. [...] Énergir a précisé qu’elle discutait avec TCPL de manière à coordonner leurs efforts pour analyser et identifier les meilleures solutions permettant d’assurer la sécurité d’approvisionnement des besoins d’Énergir et de TQM dans la région de l’Estrie, tout en considérant les mesures temporaires disponibles sur ce tronçon. »

Plan B

Énergir est donc retournée à la table à dessin. Le coût du projet finalement présenté par le distributeur à la Régie, et accepté, est près de deux fois moins élevé que celui de l’option initiale, que l’on estimait en 2015 à un peu plus de 48 millions $. Le projet prévoit notamment le transfert d’actifs d’Énergir au transporteur TQM. On parle d’une transaction avoisinant 400 000 $, selon la décision de la Régie. « En ce qui a trait aux travaux de TQM, ils comportent la construction d’une nouvelle station de compression à Bromont ainsi qu’une interconnexion à Saint‑Basile. De plus, afin d’éviter la construction d’une nouvelle conduite à un coût très élevé, le dédoublement d’infrastructures énergétiques et les impacts sur l’environnement causés par ces travaux, TQM souhaite faire l’acquisition de 63,8 km d’une conduite de transmission d’Énergir, en plus de 11 km de conduites latérales, situées sur le tronçon Sainte‑Anne‑de‑Sabrevois/Shefford, pour un total de 74,8 km. Cette acquisition permettra de boucler les réseaux de TCPL et de TQM sur la Rive-Sud de Montréal et d’augmenter la capacité disponible en Estrie et en Montérégie. »

Mise à niveau

La Régie « juge que le distributeur est le premier responsable de la sécurité de son réseau et, qu’en ce sens, il doit prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer l’approvisionnement des clients de son réseau. [...] La solution proposée implique que des travaux soient effectués sur chacun des trois réseaux [...] en minimisant la construction d’infrastructures », mentionne-t-on dans la récente décision.

Les travaux sur le réseau de gazoducs estrien consistent principalement en une mise à niveau des infrastructures. Des modifications aux équipements des postes de livraison de Farnham, Cowansville, Bromont et Granby sont entre autres prévues pour permettre la prise de mesures dans les conduites et l’odoration du gaz transporté pour détecter d’éventuelles fuites, a cité en exemples M. Cyr.

Des modifications mineures doivent aussi avoir lieu au poste de livraison de Waterloo. L’agrandissement du poste de livraison de Shefford, situé près de la piste cyclable qui croise le chemin Saxby, est également dans les cartons. Encore une fois, il s’agit de modifications au réseau pour améliorer l’entretien et favoriser un meilleur approvisionnement du gaz naturel. « On parle d’un agrandissement d’un peu moins que le double de la superficie actuelle. »

Selon le calendrier de réalisation du projet global, inclus dans la décision de la Régie, « l’ingénierie préliminaire » des travaux a été complétée en octobre dernier. Les devis et les commandes d’équipements doivent avoir lieu l’été prochain. Suivra l’octroi des contrats au printemps 2021. Les travaux dans l’ensemble du réseau doivent être bouclés à l’automne 2022.

Goldboro

Un projet d’expansion du gazoduc, nommé Goldboro, soulève bien des inquiétudes chez plusieurs groupes environnementaux. Un appel à la mobilisation des citoyens a été initié via la campagne « Goldboro, parlons-en ! » Selon le groupe de sensibilisation, l’entreprise Pieridae Energy veut extraire du gaz naturel en Alberta « pour l’exporter à partir d’un terminal de liquéfaction situé à Goldboro, en Nouvelle-Écosse, à raison de 10 millions de tonnes par année », peut-on lire dans le document de présentation.

Selon le représentant Louis-Pascal Cyr, le projet d’Énergir « ne prépare pas le terrain pour une nouvelle conduite pour alimenter un projet de gaz naturel liquéfié en Nouvelle-Écosse. »