Richard Burcombe estime avoir toute la confiance de la population à l’approche de son deuxième mandat comme maire de Lac-Brome.

Un deuxième mandat pour Richard Burcombe

C’est sans surprise que le maire de Lac-Brome, Richard­ Burcombe, a été reconduit dans ses fonctions vendredi soir à l’issue de la période des mises en candidature.

« J’étais très content, pour moi et aussi pour les trois autres conseillers (Louise Morin, Ronald Myles et Lee Patterson) qui ont été réélus­ », commente M. Burcombe. 

Le récent désistement de James A. Wilkins, qui dit s’être retiré en raison d’un manque de temps, a complètement changé la donne. Dès lors, le maire sortant se retrouvait­ sans opposition.

M. Burcombe estime néanmoins avoir toute la confiance de la population à l’approche de son deuxième mandat. « J’étais prêt pour une campagne électorale. Je n’étais pas inquiet non plus. M. Wilkins a expliqué ses raisons dans La Voix de l’Est. C’est son choix », a-t-il indiqué.

Au cours des prochaines années, la Ville de Lac-Brome devra notamment procéder à certains travaux. « Le prochain projet concernant les sentiers, c’est le pont de Trestle Cove. Après, on veut rejoindre Foster et tous les autres sentiers de l’Estrie à partir de Knowlton », affirme le maire de 67 ans.

« Le barrage Blackwood (qui devra être refait) est aussi une priorité majeure pour nous. »

Revitaliser le centre-ville

Richard Burcombe compte également accélérer la revitalisation du centre-ville de la municipalité. Lac-Brome a d’ailleurs acheté un bâtiment — et projette d’en acquérir un second — dans l’optique de le détruire afin d’agrandir le parc Coldbrook. « Avoir un parc directement au centre-ville, c’est assez rare quand on regarde les autres municipalités autour. On est très chanceux (…) C’est une grosse attraction touristique. On peut faire quelque chose de “wow”, qui va attirer les gens. »

Interrogé à ce sujet, M. Burcombe estime que la dualité linguistique de sa municipalité, qui compte près de 50 % de citoyens francophones et autant d’anglophones, constitue une richesse plutôt qu’un enjeu. « J’ai été policier ici pendant 32 ans, et je n’ai jamais eu aucun débat concernant la langue. Ça n’existe pas ici. »

Notons que les résidents des districts 1 (Bondville-Fulford­), 3 (East-Hill) et 6 (Foster­) éliront leurs conseillers le 5 novembre prochain. 

Dans le village voisin de Brome, le maire sortant Leon Thomas Selby a également été réélu par acclamation.