Aménagée sur un ancien chemin de fer dès 1998 et complétée en 2013, la Route des champs compte un parcours d'une quarantaine de kilomètres traversant six municipalités de la MRC, de Richelieu à Saint-Paul-d'Abbotsford.

Tirer profit de la Route des champs

La MRC de Rouville misera sur la Route des champs pour attirer des touristes et dynamiser son économie. Le Plan de développement du réseau cyclable régional (PDRCR) 2018-2020 veillera à ce que les municipalités se concertent afin de tirer le plein potentiel de la piste cyclable.
Robert Vyncke, maire de Saint-Paul-d'Abbotsford, pilotera le dossier à la MRC.
Le projet en est à ses premiers balbutiements, convient Robert Vyncke, maire de Saint-Paul-d'Abbotsford, qui pilotera le dossier à la MRC. Celui-ci perçoit la piste cyclable comme une « colonne vertébrale » pour la région, qui permettrait de lier toutes les municipalités autour d'un projet porteur commun. « C'est un projet où je vais investir beaucoup d'énergie, annonce-t-il. On espère pouvoir identifier les besoins des cyclistes de tout acabit et y répondre, mais aussi stimuler le développement économique et agrotouristique de nos municipalités. »
Essentiellement, on souhaite faire de la piste cyclable un vecteur touristique d'importance dans la région, qui attirerait des cyclistes de l'extérieur dans les attraits et commerces de Rouville. « Il y a beaucoup de potentiel », souligne le préfet de la MRC et maire de Richelieu, Jacques Ladouceur.
« L'objectif du PDRCR est de se doter d'une vision commune régionale, d'établir les priorités de développement, donner de l'envergure à notre réseau cyclable régional, accroître l'offre de services et l'attractivité ainsi que de favoriser la pratique d'activités physiques et de plein air dans la région », a souligné par courriel Geneviève Desautels, coordonnatrice aux communications de la MRC.
Asphalter, afficher, prolonger 
Déjà, quelques améliorations sont dans l'air. « Il faudrait asphalter les tronçons qui ne le sont pas encore, notamment dans le secteur de Marieville et de Richelieu, avance M. Vyncke. Ce n'est pas l'idéal pour les vélos de route et ça pourrait freiner des gens de la Rive-Sud et de Montréal qui voudraient l'emprunter. » 
L'uniformisation de la signalisation, tout en conservant une couleur locale dans chaque municipalité, figure aussi parmi les initiatives qui seront mises de l'avant. « Ce qu'on voudrait, c'est d'avoir des affiches qui vont ensemble, mais qui ont une petite distinction dans chaque ville », précise M. Ladouceur, qui souhaiterait également voir naître des ramifications avec les pistes cyclables des municipalités voisines.
« Je rêve de pouvoir agrandir le réseau, confie le préfet. Il y a une voie ferrée inutilisée entre Saint-Paul et Saint-Césaire, qui se rend à Sainte-Rosalie. Si un jour c'était possible, on pourrait peut-être la transformer. »
Aménagée sur un ancien chemin de fer dès 1998 et complétée en 2013, la Route des champs compte un parcours d'une quarantaine de kilomètres traversant six municipalités de la MRC, de Richelieu à Saint-Paul-d'Abbotsford. Sans compiler de statistiques précises, la MRC de Rouville estime à environ 50 000 le nombre d'usagers qui empruntent la Route des Champs annuellement. 
La suite des choses
Mercredi soir, les élus ont octroyé un contrat au consultant Mario Chamberland afin de donner le coup d'envoi au projet. Celui-ci documentera le processus et animera trois sessions, que M. Vyncke appelle des « happenings ». Au cours de celles-ci, on prendra le pouls de représentants des municipalités, d'intervenants touristiques ainsi que des entreprises de la région. « La population sera aussi consultée, fait savoir le maire de Saint-Paul-d'Abbotsford. On va soumettre des possibilités aux participants. On veut comprendre leurs besoins et leurs aspirations. »
De ces collectes d'information naîtra un plan de développement, puis un plan action, qui devront obtenir le feu vert de la table des maires.
D'ici la fin août, espère M. Vyncke, le comité pourra déposer ses conclusions à la table des maires. « On souhaitait le faire avant les élections, pour que ça ne soit pas trop ralenti par la suite », précise l'élu.