La Sûreté du Québec est à la recherche d'un nouveau directeur pour son poste de la MRC Brome-Missisquoi à la suite du départ du capitaine Yanik Ferland.

SQ: un cinquième directeur en moins de dix ans

La Sûreté du Québec est une fois de plus à la recherche d'un directeur pour son poste de la MRC Brome-Missisquoi à Dunham afin de remplacer le capitaine Yanik Ferland, qui a accepté de nouvelles fonctions. Son successeur sera le cinquième en moins de dix ans à occuper le poste de directeur.
La capitaine Ferland, qui a quitté ses fonctions de directeur de la SQ dans Brome-Missisquoi en janvier, était en poste depuis juin 2012. La Voix de l'Est a appris qu'il aurait été promu à une autre fonction au district Sud - qui englobe les régions de l'Estrie, la Montérégie et du Centre-du-Québec - de la SQ dans son quartier général de Sherbrooke. 
À l'heure actuelle, ses tâches sont assurées par le personnel en place au poste de Dunham, a indiqué la sergente Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ en Estrie. Le processus pour embaucher son successeur est enclenché, a-t-elle précisé, mais celui-ci n'a pas encore été nommé.
Une place souvent laissée vacante
Les directeurs se succèdent au poste de la SQ Brome-Missisquoi depuis l'automne 2007. Luc Pellerin, en poste de 2005 à 2007, a été remplacé par Jean Beaudoin après avoir accepté de nouvelles fonctions au sein du corps policier. M. Beaudoin a été en poste jusqu'au moment de prendre sa retraite au printemps 2011.
Son remplaçant, Robert Léveillé, n'a été que de passage. Après moins d'un an, il a été promu à d'autres fonctions au quartier général de Sherbrooke, cédant ainsi sa place à Yanik Ferland.
Avant sa nomination, les élus de la MRC Brome-Missisquoi avaient demandé au commandant du district de la SQ que le prochain directeur soit en place pour un minimum de quatre ans, a rappelé Robert Desmarais, directeur général de la MRC Brome-Missisquoi.
«On cherchait de la stabilité et ça allait très bien avec Yanik Ferland», ajoute-t-il, précisant que la MRC a l'intention de formuler à nouveau la même demande au commandant. «On veut quelqu'un pour quatre ans», dit M. Desmarais.