Discrète au fond du gymnase, Marie-Josée Forget était la seule représentante de ceux qui avaient quitté leur demeure pour le bien commun. Si la dame n’a dit mot durant toute la cérémonie, l’émotion sur son visage parlait pour elle.

Nouvelle aile de l'école St-Vincent: dénouement heureux

Mercredi marquait l’inauguration officielle de la nouvelle partie de l’école primaire Saint-Vincent de Saint-Césaire. Une célébration qui vient clore un chapitre entamé il y a trois ans.

Vingt et une familles demeurant dans les rues Saint-Paul et Vimy avaient dû être expropriées pour permettre l’agrandissement de l’école primaire. Autrement, quelque 170 élèves auraient dû apprendre sur les bancs d’un autre établissement, faute d’espace.

Discrète au fond du gymnase, Marie-Josée Forget était la seule représentante de ceux qui avaient quitté leur demeure pour le bien commun. Si la dame n’a dit mot durant toute la cérémonie, l’émotion sur son visage parlait pour elle. La tristesse semblait encore vive, mais plusieurs ont tenu à lui rappeler que son sacrifice n’avait pas été fait en vain.

« Je comprends bien les sacrifices que ces travaux ont occasionnés pour certains, un processus qui a amené de grands bouleversements », a mentionné d’emblée la directrice de l’école, Chantal Majeau.

« Une école, c’est le témoin de la prospérité économique et de la vitalité d’une région », a pour sa part avancé la présidente de la commission scolaire des Hautes-Rivières, Andrée Bouchard, avant d’avoir un mot pour les voisins du chantier, qui ont enduré « plus de circulation, de la saleté et de la pollution visuelle », mais surtout pour les autres voisins « à qui on a causé des soucis et des souffrances ».

Mme Bouchard a également remercié les élus qui « ont eu le courage d’assumer une vision d’avenir pour la municipalité. »

Une plaque pour se souvenir

Une plaque commémorative remerciant les familles expropriées sera exposée dans l’enceinte de l’école à la demande de la municipalité.

Une plaque commémorative, remerciant les familles expropriées, sera exposée dans l’enceinte de l’école à la demande de la municipalité. « Tous les citoyens vous sont reconnaissants », a mentionné le maire Guy Benjamin à Mme Forget.

Rappelons que la question d’agrandir l’école actuelle, ou d’en construire une nouvelle, était dans l’air depuis 2014. Au départ, on considérait entre autres que la capacité portante du bâtiment empêchait la construction d’un étage supplémentaire. Aucun terrain ne permettait non plus la construction d’une nouvelle école ; l’agrandissement de la polyvalente P.-G.-Ostiguy était alors envisagé pour accueillir les élèves de 4e, 5e et 6e années du primaire de Saint-Césaire.

La ténacité des parents, qui avaient manifesté pour maintenir leurs enfants dans une école césairoise, avait finalement convaincu le conseil municipal et la commission scolaire d’adopter une résolution pour réclamer l’agrandissement de l’école Saint-Vincent et de l’école Jean-XXIII, à Ange-Gardien, qui faisait elle aussi face à un surplus estimé à 75 élèves. Une demande finalement avalisée par le Conseil du Trésor en juillet 2015.

Neuf immeubles étaient tombés sous le pic des démolisseurs afin de faire place à la nouvelle aile de l’école. Le processus d’expropriation, qui s’est terminé au printemps 2016, aura coûté 3,5 millions de dollars à la municipalité, notamment par un règlement d’emprunt. 

Du nouveau

Les travaux d’agrandissement, eux, ont débuté au cours de l’été et se sont terminés le printemps dernier, à temps pour la rentrée scolaire. 

Six nouvelles classes, une nouvelle bibliothèque, une cafétéria revampée, l’agrandissement du gymnase et l’aménagement d’un débarcadère plus sécuritaire permettront de faire de l’école « un environnement de qualité qui fait une différence dans le quotidien des élèves », a fait valoir Chantal Majeau, lors de l’inauguration officielle de cette nouvelle partie de l’établissement à laquelle assistaient plusieurs représentants de la commission scolaire, des élus municipaux, des enseignants et des élèves.

Mercredi, on a également dévoilé le tout nouveau logo de l’école, réalisé par un professionnel à partir de suggestions d’élèves. Composée d’une série de sept triangles de taille croissante aux couleurs de l’arc-en-ciel, l’image symbolise les différents niveaux scolaires et le cheminement des élèves vers le secondaire. Les couleurs représentent pour leur part l’existence des différences et l’harmonie.

D’ailleurs, la présente année scolaire se déroule sous la thématique « Affiche tes vraies couleurs ». C’est pourquoi une chorale d’élèves a entonné True Colors, de Cyndi Lauper, interprétation qui lui a valu une ovation debout.

En toute fin de cérémonie, tous ont été invités à ajouter une pierre blanche à l’œuvre collective de l’artiste Pierre Blanchette, afin de symboliser l’engagement de la communauté envers son école. « On veut que nos jeunes soient fiers de faire partie de la famille de l’école Saint-Vincent. C’est pourquoi notre prochain défi sera de créer un fort sentiment d’appartenance », a fait valoir le président du conseil d’établissement de l’école, Yan Verhœf. 

L’agrandissement a été possible grâce à une aide financière de 4,8 millions de dollars de Québec, d’un investissement de plus de trois millions de dollars par la Ville de Saint-Césaire et d’une enveloppe de 1,5 million de dollars de la commission scolaire des Hautes-Rivières.