Le maire sortant, Marcel Gaudreau.

Mairie de Saint-Alphonse: deux hommes, deux visions

Deux visions s’affrontent dans la course à la mairie de Saint-Alphonse-de-Granby. D’un côté, le maire sortant Marcel Gaudreau prône la continuité ; de l’autre, l’aspirant André Roy souhaite du changement.

Bon joueur, M. Gaudreau voit dans cette course à deux une belle occasion d’aller à la rencontre de ses concitoyens. « Ça me donne la chance d’avoir un feed-back sur ce que j’ai fait ces quatre dernières années. »

Les gens sont « très satisfaits » de son travail, dit-il, en énumérant quelques réalisations de son équipe au cours du dernier mandat : réfection du pont du rang Choinière, agrandissement de l’hôtel de ville et ouverture de la maison des jeunes. Il souligne également l’essor que connaît le parc industriel de Saint-Alphonse.

Interrogé sur la réaction des électeurs face au non-renouvellement de l’entente-loisirs entre Saint-Alphonse et la Ville de Granby, M. Gaudreau assure que seule une poignée de personnes lui ont exprimé leur mécontentement- à ce sujet. 

Du reste, le politicien rappelle que les projets ne manqueront pas au cours des prochaines années. « J’ai déjà en marche un plan de quatre ans, à compter de 2018. On va entre autres refaire le rang Choinière au complet, la rue Authier et une partie du chemin Gagné. »

Il estime l’ensemble des travaux prévus à 3,2 millions $, dont 416 000 $ seront assumés par la municipalité. « Le reste proviendra du provincial et du fédéral. »

En ce qui a trait aux points à améliorer, il espère obtenir une subvention pour l’asphaltage de la piste cyclable dans sa municipalité. « J’aimerais aussi que tout le secteur rural soit desservi par l’Internet haute vitesse. »

Conseiller municipal de 1990 à 2003, puis élu à la mairie en 2012 pour succéder à Clément Choinière-, Marcel Gaudreau a bon espoir de remporter cette nouvelle course. « Pourquoi ? Parce que j’ai fait l’affaire ! »

L'aspirant à la mairie, André Roy.

Industrie et famille

À 46 ans, André Roy dit se lancer en politique pour assouvir un rêve de longue date. Et il assure qu’il ne s’arrêtera pas au palier municipal.

Bien qu’il ne soit pas un habitué de l’hôtel de ville et des assemblées du conseil — « Ils n’ont pas la même vision et les mêmes valeurs que moi », dit-il —, M. Roy affirme être au fait de quelques dossiers.

Établi à Saint-Alphonse-de-Granby depuis l’âge de 23 ans, « grâce à Clément Choinière, qui m’a fait connaître sa municipalité », André Roy est propriétaire des entreprises locales Solutions GRB et Permaroute.

S’il est élu, le développement industriel serait d’ailleurs au cœur de ses priorités, laisse-t-il entendre. Mais pas seulement. « On vit encore sur la vague de Clément Choinière. Moi, je veux amener des changements. Je propose qu’on s’occupe de ce qu’on a. »

Des exemples ? « Dans plusieurs quartiers, il manque d’éclairage. Et les fossés ne sont pas nettoyés. »

L’aspect familial ne serait pas non plus laissé pour compte, ajoute-t-il. « On a besoin que la municipalité redevienne familiale. Et je voudrais donner la priorité aux enfants. On n’a même plus d’entente-loisirs! Les municipalités- doivent s’entendre. »

L’aménagement d’un terrain de dek hockey permettrait par ailleurs une plus grande activité économique au village, soutient André Roy.

Ce dernier estime que sa trans-parence et sa sensibilité aux besoins des gens sont ses alliées dans la course à la mairie. 

Malgré son emploi du temps chargé, il prétend pouvoir assumer de front les fonctions de maire et d’entrepreneur. « Je n’irai pas à la mairie pour prendre un café. Je vais optimiser mon temps. »

Le candidat indépendant explique qu’il n’a pas d’équipe et qu’il ne s’affiche nulle part. Il promet également... de ne faire aucune promesse. « Je pense que le bouche-à-oreille sera suffisant- », dit-il.

Des élus de retour

D’autre part, plusieurs visages seront de retour à la table du conseil de Saint-Alphonse-de-Granby après l’élection du 5 novembre. Les conseillers François Vadnais, Nathalie Gauvin-, Bertrand Dubé, Suzanne Choinière et Alexandre Picard ont tous été réélus sans opposition. Seul le poste 2 sera soumis au vote : la conseillère sortante Suzanne Colgan y affronte Happi Keundjeu.