L'aménagement de nouveaux locaux à l'intérieur de l'école primaire de Saint-Pie permettra d'accueillir l'ensemble des élèves à court terme.

L'école primaire de Saint-Pie accueillera tous les élèves à la rentrée

La prochaine rentrée scolaire des élèves de Saint-Pie de niveau primaire se fera sans heurts. Aucun jeune ne sera déplacé vers d'autres établissements de la région, car la commission scolaire de Saint-Hyacinthe aménagera de nouveaux locaux à même l'école au Coeur-des-Monts. Le lancement des travaux est prévu d'ici la fin juin.
En entrevue à La Voix de l'Est en janvier, le maire de Saint-Pie, Mario St-Pierre, avait déploré l'incertitude qui planait depuis plusieurs mois quant à l'avenir des élèves pour l'année scolaire à venir. « Pas question d'envoyer nos élèves ailleurs », avait-il clamé.
C'est avec soulagement qu'il a récemment accueilli la nouvelle du maintien de tous les jeunes à court terme à l'école primaire de la municipalité. « Pour les parents d'enfants [d'âge primaire] qui habitent à Saint-Pie, c'est très positif, a-t-il dit. La solution n'est pas parfaite, mais ça donne un peu de répit. »
En fait, l'école au Coeur-des-Monts, qui compte actuellement près de 500 élèves, est au maximum de sa capacité. La commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) prévoit qu'une soixantaine d'étudiants s'ajouteront au cours des trois prochaines années. Plusieurs jeunes risquaient donc d'être déplacés vers un autre établissement d'enseignement situé à 20 kilomètres à la ronde dès 2017-2018. 
L'ajout de deux classes à même l'immeuble existant a été préconisé pour dénouer l'impasse. « On va convertir deux classes et une salle de dîner qui vont devenir quatre classes. On va aménager un endroit pour que les jeunes puissent avoir un local adéquat pour manger. [À terme] ça va enlever de la place dans le gymnase. On rogne dans les espaces communs », a indiqué Sagette Gagnon, responsable des communications pour la CSSH, précisant qu'il s'agit d'une solution temporaire pour « un minimum de deux ans ». En ce sens, un appel d'offres doit être lancé sous peu afin de commencer les travaux en juin.
Québec tranchera
Au cours de 2016, Saint-Pie a perdu son centre communautaire, ce qui a forcé la relocalisation des organismes qui occupaient le bâtiment. Compte tenu du problème d'espace à l'école, la Ville veut faire d'une pierre deux coups en accroissant la superficie du centre sportif contigu à l'établissement d'enseignement pour y aménager des locaux multifonctionnels. 
Ainsi, la municipalité planche sur un projet d'agrandissement de 8000 pieds carrés. L'aire de stationnement située à l'angle de la rue Panet et de l'avenue Garneau serait utilisée pour ériger le bâtiment.
Outre la construction du nouveau centre communautaire dans l'immeuble, la Ville envisage également d'y rapatrier la bibliothèque municipale. Saint-Pie mise sur l'aide financière de Québec pour boucler le budget, estimé à 1,2 M $. 
À l'origine, la CSSH avait résolu de céder à la Ville le « fonds de terrain ». Or, un litige perdure entre la commission scolaire et la Fabrique de l'église Saint-Pie à propos de la clarification du titre de propriété du terrain en question. 
Le président de la Fabrique, Pierre Renaud, a mentionné en entrevue avoir offert initialement à la commission scolaire de lui vendre le lot complet pour 132 000 $. Offre qui tient toujours, a-t-il précisé. Selon le rôle d'évaluation foncière en vigueur, la valeur du site avoisinant 87 000 pieds carrés est de 172 400 $.
Selon la CSSH, la balle est maintenant dans le camp de Québec, qui devra trancher dans le dossier. « On ne peut pas à la fois débourser pour le réaménagement des locaux dans l'école et pour la régularisation des titres, a soutenu Mme Gagnon. On a remis ça entre les mains du gouvernement pour qu'il puisse y avoir [une subvention]. »
Si Québec n'octroie pas le montant pour l'achat du terrain, le projet de construction d'espaces multifonctionnels pourrait être annulé, a confirmé la représentante de la CSSH, refusant toutefois de préciser davantage la teneur du dossier. « Pour l'instant, considérant que nous sommes encore en processus de négociation [avec la Fabrique], nous ne souhaitons pas diffuser publiquement le montant de cette demande [de subvention]. », a-t-elle fait valoir.
Malgré cette « ultime » étape, Mario St-Pierre ne baisse pas les bras. « C'est possible que le projet [d'agrandissement] tombe à l'eau, a-t-il concédé, mais je reste positif. Je suis sûr qu'on va arriver à une entente pour faire quelque chose de bien pour la population de Saint-Pie. »