« (...) On ne peut pas leur dire quoi faire. On peut toutefois collaborer avec elles pour qu’elles nous aident », explique la candidate à la mairie de Cowansville Sylvie Beauregard concernant les municipalités voisines.

Lac Davignon: Beauregard favorisera la collaboration

La collaboration des municipalités voisines est essentielle pour améliorer la santé du lac Davignon à Cowansville­, soutient Sylvie Beauregard. La candidate à la mairie leur proposera une main tendue pour atteindre cet objectif.

Le fait que le bassin versant du lac Davignon déborde des limites de la Ville oblige celle-ci à traiter avec les municipalités où passent les tributaires du cours d’eau, signale Mme Beauregard. « On va faire ce qu’on peut chez nous. Mais il faut aussi travailler plus loin, dans les autres municipalités. On ne peut pas leur dire quoi faire. On peut toutefois collaborer avec elles pour qu’elles nous aident », a-t-elle expliqué hier en entrevue.

Les administrations municipales de Dunham, Lac-Brome et Sutton sont bien conscientes des problèmes du lac Davignon, croit Mme Beauregard. Il reviendra au prochain conseil de Cowansville de les convaincre d’intervenir dans leurs fossés pour réduire l’apport de sédiments vers le lac, dit-elle.

L’aspirante mairesse croit que la Ville de Cowansville pourrait s’occuper de réaliser et de payer les travaux de réaménagement de fossés sur les territoires des trois municipalités. En contre­partie, elles pourraient s’assurer de leur entretien. Tous les scénarios doivent être envisagés, dit-elle. « Il faut être créatif pour trouver des solutions. On peut certainement s’entendre. J’en suis sûr. »

La Ville agit déjà pour réduire les sédiments qui entrent dans le lac Davignon, a dit Mme Beauregard. Des travaux seront entrepris d’ici quelques jours pour aménager une trappe à sédiments à l’embouchure de la rivière Yamaska Sud-Est, près du pont de la route 139.

Sur ce point, Mme Beauregard a remis en question la promesse de Corinne Labbé qui annonçait en début de campagne qu’elle lancerait les travaux pour aménager de telles trappes au printemps si elle est élue à la mairie. « Mme Labbé savait qu’on allait faire les travaux. C’est comme annoncer quelque chose qu’on allait faire de toute façon. Ce n’est pas très sérieux », a-t-elle dénoncé.

Fonds bleu

Dans une administration placée sous sa gouverne, Mme Beauregard­ créera un fonds bleu destiné à financer des projets environnementaux en lien avec le lac Davignon­. Elle proposerait au conseil d’y injecter un minimum de 25 000 $ par année. Le montant pourrait être plus élevé au terme de la préparation­ des budgets, a-t-elle dit.

« La Ville investit déjà environ 35 000 $ par année en environ­nement. Je pense qu’un fonds bleu nous permettra d’aller encore plus loin pour bien nous occuper de notre lac. C’est là qu’on puise notre eau potable. C’est notre priorité », a-t-elle indiqué.

Par ailleurs, il est dans l’intention de l’ancienne conseillère d’aider financièrement le comité de sauvegarde du bassin versant du lac Davignon. Il pourra soumettre des projets au conseil en vue d’obtenir des subventions, a-t-elle dit.

La population a aussi son rôle à jouer pour appuyer le comité de sauvegarde, croit Mme Beauregard. Elle invite les citoyens à devenir membres de l’organisme. « La protection de notre lac, c’est l’affaire de tous, pas seulement des riverains », a-t-elle dit.

Mme Beauregard a tourné une page importante jeudi en présidant sa dernière assemblée de la Société de formation industrielle de l’Estrie. Elle est directrice générale de cette organisation depuis 30 ans. « J’ai eu un pincement au cœur. J’ai tellement vécu de belles choses. Mais je suis prête pour un nouveau défi. Je ne m’en vais pas là (à la mairie) pour une job. J’y vais parce que j’aime ma ville et que je veux représenter les citoyens. »