Particulièrement attendue, la nouvelle caserne de Waterloo a été inaugurée jeudi après-midi.

La nouvelle caserne de Waterloo est inaugurée

Particulièrement attendue, la nouvelle caserne de pompiers de Waterloo a été inaugurée devant une nombreuse assistance, jeudi après-midi. Les nouvelles installations sont situées au 400 rue Bernard, dans un bâtiment renommé à la mémoire de Joseph « Joe » Gallagher.

L’ambiance était d’ailleurs chargée d’émotions lorsqu’une plaque commémorative a été remise à Murielle Gallagher et à son fils Patrick, l’actuel directeur du service de sécurité incendie de Waterloo. 

« Rentrer au travail dans un édifice qui porte le nom de son père, ça ne s’explique pas », a reconnu Patrick Gallagher, en entrevue avec La Voix de l’Est.

« Joseph était vraiment un homme humble, qui travaillait dans l’ombre. (...) Il m’a souvent dit qu’on est jugés par ce qu’on fait, pas par ce qu’on dit. Et aujourd’hui, ça lui revient grandement. »

Impliqué dans la communauté waterloise durant plusieurs décennies, Joseph Gallagher a notamment passé 15 ans à la tête des pompiers locaux. Il s’est éteint en mars dernier, à l’âge de 78 ans. 

L’ambiance était chargée d’émotions lorsqu’une plaque commémorative a été remise à la veuve de Joseph « Joe » Gallagher, Murielle, et à son fils Patrick, l’actuel directeur du service de sécurité incendie de Waterloo.

Nombreuses améliorations

D’une superficie de 1702 mètres carrés, la nouvelle caserne accueillera une quarantaine de pompiers, premiers répondants, préventionnistes et gestionnaires en sécurité publique. Trois camions de pompiers, une camionnette, un bateau de sauvetage, un poste de commandement mobile et un véhicule entièrement électrique prendront place dans le garage.

Qui plus est, l’édifice comprend une vaste pièce pouvant à la fois servir de salle de formation et de centre de gestion des mesures d’urgence. Patrick Gallagher estime qu’il s’agit d’une amélioration en tous points par rapport à la caserne vétuste de l’avenue du Parc.

« On a maintenant un laboratoire dans lequel il y a tous les appareils respiratoires. On va pouvoir réalimenter nos cylindres d’oxygène par nous-mêmes, ce qui va éviter beaucoup de déplacements et sauver beaucoup de temps », a-t-il souligné.

« On a également un local de décontamination. Parce qu’on sait que la CNESST a reconnu sept maladies professionnelles reliées au cancer chez les pompiers. On doit prendre les mesures nécessaires pour que nos pompiers retournent chez eux en étant le moins contaminés possible. »

Afin de réaliser ce projet évalué à 3 999 000 $, la Ville de Waterloo a notamment reçu une subvention provinciale de 1 559 350 $ dans le cadre du Programme d’infrastructures Québec-Municipalité (PIQM), qui est administré par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire.

« Je me réjouis de l’appui du gouvernement pour la réalisation de ce projet, qui revêt une grande importance pour les citoyens et les employés municipaux de Waterloo. Grâce à cet investissement, la ville bénéficie maintenant d’une infrastructure moderne et de qualité répondant aux besoins de la population », a commenté par voie de communiqué la ministre responsable de la Montérégie, Lucie Charlebois.

Le design de la caserne a été élaboré par l’architecte Caroline Denommé, tandis que les travaux ont été confiés à l’entreprise Marieville Construction au terme d’un appel d’offres. 

Un long chemin parcouru

L’inauguration de la nouvelle caserne s’est déroulée en présence de nombreux pompiers, élus et employés municipaux. Les maires de municipalités disposant d’ententes avec le service de Waterloo étaient notamment présents.

Dans son allocution, Patrick Gallagher a souligné la contribution de deux acteurs incontournables à la Ville, soit le maire sortant Pascal Russell et l’ex-directeur général Éric Sévigny.

À sa toute dernière journée comme premier magistrat, Russell s’est également montré généreux dans ses remerciements. En poste depuis novembre 2005, l’ancien militaire a contribué à plusieurs avancées en matière de sécurité publique, dont l’implantation d’une équipe de premiers répondants et le nouvellement de la flotte du service de sécurité incendie. 

Il est maintenant heureux de léguer aux pompiers de Waterloo un milieu de travail plus qu’adéquat. « À toutes les fois qu’il pleuvait, on avait des avaries à l’intérieur de notre (ancienne) caserne. Notre système de communication faisait défaut. Et on avait même une famille de moufettes qui squattait le vide sanitaire. C’était vraiment pas bien », a raconté Russell, sur un ton blagueur. 

L’inauguration de jeudi aura été son dernier événement à titre de maire. « Patrick Gallagher, ta caserne, elle est à toi », a-t-il lancé en guise de conclusion, suivi de chaleureux applaudissements.