Le Brighamois Aiden Reed a sacrifié sa longue crinière brune, lui qui a amassé une impressionnante cagnotte de 2215 $ dans le cadre du défi.

Cowansville se joint au Défi têtes rasées de Leucan

La toute première édition du Défi têtes rasées Leucan tenue à Cowansville samedi après-midi a permis d'amasser 3610$ en soutien aux enfants atteints de cancer et à leurs familles. Les trois participants présents au centre commercial Domaine du Parc ont vécu une expérience riche en émotions.
<p>Très émue, Manon Monty (à droite) a posé en compagnie d'une amie aux prises avec un deuxième cancer.</p>
Alors qu'il attendait de passer sous le rasoir, Aiden Reed s'est dit fébrile à l'idée d'abandonner sa longue crinière brune. «La dernière fois que j'ai eu les cheveux en haut des oreilles, j'avais cinq ans», rigole-t-il.
Le garçon de 16 ans a été chaleureusement applaudi par son entourage à sa descente de l'estrade.
Le sacrifice en valait la peine puisque le Brighamois a amassé une impressionnante cagnotte de 2215$ dans le cadre du défi. Il faut dire que pour Aiden, les sources de motivation étaient nombreuses.
«Beaucoup de gens proches dans ma famille ont combattu le cancer, explique-t-il. Plusieurs s'en sont sortis, mais d'autres n'ont pas réussi. Ça demande beaucoup d'efforts, d'énergie et d'argent. C'est ce qui m'a motivé à participer.»
Aiden et sa famille sont notamment montés sur scène à l'occasion d'un souper de type méchoui, une activité qui leur a permis de récolter plus de 1200$.
Secouée par l'émotion, Manon Monty a, elle aussi, relevé le défi pour soutenir des proches confrontés à la maladie. Au moment de remettre un chèque de 1152$, elle a d'ailleurs posé aux côtés d'une amie aux prises avec un deuxième cancer.
Un geste courageux
Le directeur du magasin Hart de Cowansville, Guy Audet, a été le premier à passer sous le rasoir. Il n'a pas hésité à répondre favorablement à l'invitation des représentants de Leucan.
«C'est pour une bonne cause. Je n'avais pas beaucoup de cheveux sur la tête, mais je tenais à le faire», mentionne M. Audet.
Le maire de Cowansville, Arthur Fauteux, oeuvrait quant à lui comme porte-parole pour la première édition du défi dans la municipalité. Combattant lui-même un cancer du sang, M. Fauteux a tenu à saluer l'implication des participants.
«Il y a beaucoup d'engagement derrière tout ça. Ça demande autant, sinon plus, de courage que de sauter en parachute», estime-t-il.