« Je comprends que peu de gens viennent à nos assemblées. C’est très rigide, très protocolaire. Ce n’est pas évident de comprendre le langage municipal », indique la candidate à la mairie de Cowansville, Sylvie Beauregard.

Cowansville: Beauregard veut s’inspirer des idées citoyennes

La Ville de Cowansville regorge de citoyens compétents qui ont des expertises à partager. La candidate à la mairie Sylvie Beauregard veut s’inspirer d’eux.

« On a beaucoup de gens qui ont de bonnes idées, qui peuvent nous aider à aller plus loin dans nos projets, nous amener à voir les dossiers différemment. On doit s’y référer », explique-t-elle.

C’est dans cette optique que Mme Beauregard propose de rencontrer sur une base régulière les citoyens de la ville dans un cadre moins formel qu’une assemblée du conseil. Elle intitulerait ces rencontres « Regard sur la ville », clin d’œil à son patronyme. « Je comprends que peu de gens viennent à nos assemblées. C’est très rigide, très protocolaire. Ce n’est pas évident de comprendre le langage municipal. »

S’inspirant des rencontres citoyennes du maire de Granby Pascal Bonin, Mme Beauregard souhaite organiser ces rencontres pour vulgariser les projets de la Ville. Le faire avant que les décisions soient prises, dit-elle. « Il faut garder contact avec notre monde. Je trouve ça important avoir des opinions. C’est important d’être près des citoyens pour qu’ils soient au cœur de nos décisions. »

Ces rencontres auraient également comme but de solliciter des idées, a dit Mme Beauregard en entrevue. Elle formerait des comités spéciaux pour conseiller les élus sur différentes thématiques : environnement, sécurité, loisirs a-t-elle donné en exemple.

Mme Beauregard est convaincue qu’une meilleure communication est possible entre la Ville et les citoyens. Cela permettrait aux citoyens, croit-elle, de mieux comprendre certaines décisions prises. Elle donne l’exemple des nombreux chantiers en cours dans des rues de la municipalité. Des citoyens ont critiqué qu’ils se tiennent simultanément, compliquant la circulation, a-t-elle indiqué.

« Ils ne savent pas qu’on doit les terminer avant le 31 mars 2018 pour obtenir nos subventions. C’est un choix obligé que nous avons fait. Quand on leur explique, ils comprennent », dit-elle.

Des gens de terrain

Les responsables des groupes communautaires, commerçants et industriels ne seraient pas laissés en plan dans la stratégie de communication de MmeBeauregard­. L’aspirante mairesse tiendrait une rencontre par année pour chacun de ces groupes. « Ce sont des gens qui sont sur le terrain. Il faut connaître leurs besoins, être près d’eux pour voir comment on peut les aider. »

Leurs besoins, à titre de citoyens corporatifs, sont différents et des échanges dans le but de connaître leurs préoccupations et leurs enjeux permettront au conseil d’orienter ses actions de façon plus efficace.

Par ailleurs, la candidate entend aussi mettre sur pied un comité « Bouge ta ville ». Ce comité regroupera 12 jeunes et aura pour mission de « nous connecter avec leur réalité », dit-elle.