Les futures hausses de taxes municipales à Cowansville n’excéderont pas le taux d’inflation, assure la candidate à la mairie Corinne Labbé.

Corinne Labbé promet de ne pas dépasser l’inflation

Les futures hausses du compte de taxes des citoyens de Cowansville ne dépasseront pas l’inflation, promet la candidate à la mairie, Corinne Labbé.

Un nouveau rôle d’évaluation sera en vigueur le 1er janvier prochain. Une hausse de la valeur des propriétés est inévitable, a indiqué Mme Labbé. Elle s’engage toutefois à réduire le taux de taxation dans la même proportion que la hausse du rôle, mais en conservant l’équivalent de l’inflation. Une mesure responsable, dit-elle, qui permettra à la Ville de continuer à dispenser ses services et à assumer ses responsabilités­ financières.

Le taux de taxation résidentiel est de 96 ¢ par 100 $ d’évaluation.

En présentant vendredi son cadre financier, Mme Labbé est revenue sur la dette de la municipalité estimée à 26,9 millions de dollars à la fin de l’année 2016. Un virage est nécessaire pour la réduire, a-t-elle dit. Elle propose que le conseil adopte une politique de gestion de la dette et une politique de la gestion de ses surplus. C’est ce à quoi les citoyens s’attendent, soutient-elle.

Si elle est élue le 5 novembre, Mme Labbé propose qu’une partie des surplus annuels soit versée dans une réserve financière. Celle-ci serait utilisée pour « le renouvellement, l’entretien des immobilisations de la Ville de manière à privilégier dans l’avenir le paiement comptant de certains travaux », lit-on dans le document remis aux médias.

Il reviendra au conseil, sur les scénarios présentés par le service des finances de la Ville, de décider les montants d’argent à prélever des surplus pour les affecter à cette réserve financière.

D’emblée, Mme Labbé croit que le programme triennal d’im­mobilisations (PTI) de la Ville doit être revu à la baisse, et ce, parce que la municipalité a des engagements financiers importants. Elle souligne que près de 3 millions de dollars du budget de 22 millions sont affectés au remboursement du capital et des intérêts de la dette.

Mme Labbé assure ne pas être contre le recours aux emprunts pour financer des travaux. Elle a souligné avoir appuyé les dif­férents chantiers dans la municipalité cette année, surtout ceux qui ont bénéficié de subventions atteignant 83 % des coûts. La Ville ne peut cependant maintenir le rythme des dépenses des dernières années, dit-elle. « On doit respirer un peu. Des choix de priorités devront être faits. »

Le PTI 2017-2019 de la Ville s’élevait à 24,4 millions de dollars, dont 16,2 millions cette année.

Taxation et commerces

Une administration placée sous sa gouverne réduira le taux de taxation des petits commerces. Le tout est possible avec la loi 122 qui donnera plus de latitude aux municipalités en matière de fiscalité, a dit Mme Labbé. « Il faut que leur taux de taxation soit juste et équitable afin que chacun paie sa juste part. »

Le taux de taxation commercial est présentement de 2,40 $ par 100 $ d’évaluation.

Les baisses de taxation ne pourront cependant pas être accordées dans la nouvelle année, a-t-elle dit. Du travail doit être fait avant d’en arriver là. « C’est difficile de faire cet ajustement en 2018 », selon elle.