Actualités

Deux embardées, une femme dans un état critique

Les automobilistes empruntant l’autoroute 10 en direction de Montréal, dans le secteur de Granby, ont connu une heure de pointe difficile en matinée jeudi. Deux embardées sont survenues l’une après l’autre à tout autant de sorties.

Le premier accident s’est produit vers 7h15 à la hauteur de la sortie 68, a indiqué le sergent Daniel Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). Pour une raison inexpliquée, l’automobile qui circulait vers l’est a dévié de sa voie et a effectué un capotage avant de terminer sa course au milieu de la chaussée, en direction ouest.

Sous la force de l’accident, la conductrice de 30 ans, une résidente de Saint-Paul-d’Abbotsford, a été éjectée de son véhicule. La Sûreté du Québec a indiqué que son état était toujours critique au moment de mettre sous presse. Elle a été transférée à l’hôpital de Fleurimont.

Afin de permettre aux services d’urgence de sécuriser l’endroit pour y intervenir, un détour a été imposé aux automobilistes circulant en direction de Montréal. Ceux-ci devaient quitter l’autoroute via la sortie 74, à la hauteur du boulevard Pierre-Laporte, avant de la regagner un peu plus loin. 

Un peu avant neuf heures, un autre véhicule a toutefois effectué une sortie de route, dans le ralentissement, après avoir été embouti par un poids lourd. Un homme et une femme ont subi des blessures sérieuses, a indiqué le sergent Claude Denis, de la SQ.

La voiture a été remorquée en avant-midi. Les automobilistes ont été par la suite invités à emprunter la route 139 pour rejoindre l’autoroute 10, qui a finalement été rouverte peu après 13h.

-Avec la collaboration de Cynthia Laflamme

Actualités

Sauvegarde du CHSLD Horace-Boivin: Bonnardel s’avance, Fortin interpellé

En l’absence à l’Assemblée nationale du député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis, le groupe qui milite pour éviter la fermeture du CHSLD Horace-Boivin a une option pour déposer officiellement une pétition comptant près de 5000 signataires.

Le député de Granby, François Bonnardel, s’est dit prêt à prendre le relais dans le dossier. Le ministre de la Famille et responsable de l’Estrie, Luc Fortin, a pour sa part été sollicité en ce sens, a appris La Voix de l’Est.

À quelques jours du dévoilement de la décision du ministre de la Santé Gaétan Barrette concernant l’avenir du CHSLD Horace-Boivin de Waterloo, l’instigatrice de la pétition pour sa sauvegarde, Annie Gaudreau, est sur le qui-vive.

« On a déjà présenté la pétition à M. Barrette. Mais ça ne suffit pas. Elle doit être déposée à l’Assemblée nationale, ne serait-ce que par respect pour tous ceux qui l’ont signée. Il y a aussi toutes les municipalités qui sont derrière nous. C’est un enjeu très important et on ne veut pas baisser les bras », a-t-elle confié en entrevue.

Rappelons que le dossier est lié au projet de CHSLD à Granby. La construction du centre d’hébergement de 198 lits, d’ici 2019, entraînerait la fermeture du CHSLD Horace-Boivin (qui compte 41 lits), jugé trop vétuste pour une remise à niveau. La pétition avait été remise, le 19 septembre, par le maire sortant de Waterloo au ministre de la Santé. Pascal Russell était accompagné pour l’occasion de Marcel Brien et d’Alain Lafond, respectivement résident et préposé aux bénéficiaires au centre d’hébergement, ainsi que d’Annie Gaudreau, dont le frère réside au centre d’hébergement. 

Après avoir mené à bout de bras le dossier, M. Russell a passé le flambeau à son successeur, Jean-Marie Lachapelle. En entrevue, ce dernier s’est dit prêt à en faire une de ces priorités en ce début de mandat. En ce sens, il a soutenu que plusieurs députés ont été récemment approchés pour « présenter la pétition à l’Assemblée nationale », refusant toutefois de dévoiler les noms des politiciens.

De son côté, le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec, François Bonnardel, a confirmé à La Voix de l’Est être « prêt à porter ce dossier ». « C’est mon rôle d’élu et [Waterloo fait partie de] mon ancienne circonscription, a-t-il dit. Je n’ai pas de problème à parrainer la pétition. »

Or, pas question de modifier le projet à Granby, a-t-il poursuivi. « Le 198 lits est prévu à Granby. Ça nous prend ça. Et je m’attends à ce qu’on ait une pelletée de terre le plus vite possible. Le ministère [de la Santé] décidera ce qu’il adviendra du CHSLD Horace-Boivin. S’il reste ouvert, tant mieux. »

Quatre candidats

Appelée à commenter la proposition de François Bonnardel, Annie Gaudreau s’est dite « heureuse de l’offre ». Elle met toutefois un bémol. « Je ne connais pas quelle est la position de M. Bonnardel dans le dossier. Est-il prêt à défendre le maintien du CHSLD Horace-Boivin ? On ne veut pas prendre de décision sur un coup de tête », a-t-elle mentionné, précisant que M. Bonnardel a pris les devants, mais que trois autres personnes ont été sollicitées pour porter la pétition.

Notons qu’outre les 5000 signataires du document contestataire, les municipalités de Bromont, Stukely-Sud, Shefford, Saint-Joachim-de-Shefford, Warden, Saint-Étienne-de-Bolton, Saint-Alphonse-de-Granby, Roxton Pond et Waterloo se sont notamment jointes au mouvement pour éviter la fermeture du centre d’hébergement.

Par ailleurs, Anne Simard, attachée politique du député de Sherbrooke Luc Fortin, a confirmé à La Voix de l’Est qu’il a été interpellé pour prendre le relais dans le dossier. Il n’a toutefois pas été possible d’obtenir jeudi les commentaires du ministre de la Famille et responsable de l’Estrie. 

Actualités

Ange-Gardien: un poulailler s’enflamme

Un bâtiment de ferme devant accueillir des dindons d’ici la fin de la semaine a été détruit par les flammes, dans la nuit de mercredi à jeudi à Ange-Gardien.

Le sinistre se serait déclaré vers 22h50 au 423, rang Séraphine, a indiqué Philippe Chartrand, chef pompier d’Ange-Gardien. « À notre arrivée, le bâtiment était déjà en embrasement généralisé. Le toit était déjà à terre », commente le sapeur.

Le brasier a fini par diminuer environ une heure plus tard. « On ne peut pas dire qu’on a maîtrisé l’incendie, rapporte M. Chartrand par rapport au fait que les flammes ont fini par s’éteindre d’elles-mêmes. On est restés sur place pour nettoyer le site. »

L’intervention des pompiers a pris fin un peu avant cinq heures, jeudi matin. Les sapeurs gardangeois ont reçu l’aide de leurs collègues de Saint-Césaire et de Saint-Paul-d’Abbotsford.

La cause de l’incendie est encore inconnue. « Ce serait accidentel », indique Daniel Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec. 

Pour préparer l’arrivée de la volaille, on aurait installé des copeaux de bois au sol et on aurait commencé à chauffer l’endroit. « Ça pourrait être autant le chauffage que le soufflage de la ripe qui aurait pu l’enflammer », indique Philippe Chartrand.

L’édifice d’un seul étage est une perte totale; les dommages se limitent toutefois à celui-ci, alors que les sept autres bâtiments qui se trouvent sur le terrain ont été épargnés, a fait savoir M. Chartrand.

Heureusement, l’incendie n’a fait aucun blessé. Comme aucune bête ne se trouvait à l’intérieur du bâtiment, on ne déplore aucune perte de vie non plus.

Précédent

En mars 2016, un violent incendie avait aussi ravagé un poulailler de la ferme Lacoste, toujours sur le rang Séraphine. Pas moins de 12 500 dindons avaient alors péri pendant qu’environ 35 pompiers d’Ange-Gardien, de Saint-Césaire, de Saint-Paul-d’Abbotsford et de Farnham combattaient l’imposant brasier, alimenté par un fort vent. 

Dans ce cas, les dommages se chiffraient à plus de 750 000 $.

Actualités

Projet commercial: Saint-Césaire ira en référendum

Placé à la croisée des chemins par les citoyens, le conseil de Saint-Césaire ira de l’avant avec un référendum à propos de l’important projet commercial qui pourrait voir le jour, rue Principale.

La question avait été mise sur la glace le temps de laisser passer l’élection municipale. 

Rappelons que lors de sa tenue, le 24 août dernier, le registre avait recueilli suffisamment de signatures pour forcer la municipalité à reculer sur le changement de zonage nécessaire pour permettre la concrétisation du projet, ou bien à procéder par référendum.

C’est donc cette deuxième option que retiennent les élus césairois, qui souhaitent aller au fond des choses. 

« [Avec le référendum], le promoteur va pouvoir savoir s’il peut faire son projet ou pas », a indiqué le maire Guy Benjamin.

Le projet commercial estimé à quatre millions de dollars est conditionnel à un changement de zonage qui permettrait l’ajout d’une station-service dans le secteur nord de la route 112. 

Celle-ci serait construite là où se trouve actuellement l’ancienne succursale de la Société des alcools du Québec, qui serait démolie aux fins du projet. 

En vertu du même projet, l’épicerie Super C serait agrandie. La succursale de la Banque Nationale, adjacente à l’endroit, diminuerait pour sa part de superficie. 

Un magasin grande surface se joindrait aussi au projet, mais la bannière en question n’a pas encore été dévoilée.

Actualités

La région en bref

Une nouvelle préfète dans Brome-Missisquoi

Les 21 maires de la MRC Brome-Missisquoi ont profité de leur première séance après l’élection générale pour élire un nouveau préfet. C’est Sylvie Raymond, mairesse d’East Farnham depuis 2009, qui prendra le relais d’Arthur Fauteux, qui avait exercé cette fonction pendant 17 ans. Mme Raymond a remporté la préfecture devant le maire réélu de Saint-Ignace-de-Stanbridge, Albert Santerre, et le nouveau maire de Sutton, Michel Lafrance. Elle devient ainsi la deuxième femme préfète de la MRC après l’ex-mairesse de Farnham, Lyse Lafrance Charlebois, qui a elle-même précédé M. Fauteux. Marie-Ève Martel

***

Bromont : levée de l’avis d’ébullition

L’avis d’ébullition de l’eau lancé à la suite d’un bris dans le réseau d’aqueduc de Bromont est maintenant levé. Il concernait les résidences, les commerces et les entreprises des rues des Amélanchiers, des Cerisiers, des Pommiers et du chemin de Gaspé côté ouest. La Voix de l’Est

***

Arrêté pour bris de conditions

Un individu arrêté en 2016 dans le cadre du projet Muraille a été de nouveau épinglé par les policiers, cette fois-ci pour avoir enfreint des conditions émises à la suite de sa première arrestation. C’est pendant une opération de détection à proximité des établissements licenciés de Cowansville que les agents de la Sûreté du Québec de Brome-Missisquoi ont interpellé, vers 1h30 mercredi matin, le Brighamois de 43 ans, qui avait un couvre-feu à respecter. L’homme est demeuré détenu jusqu’à sa comparution, mercredi. Marie-Ève Martel

***

Au volant avec des stupéfiants

Les policiers de la Sûreté du Québec dans la MRC d’Acton ont mis mardi soir la main au collet d’un homme de 33 ans qui se trouvait en possession de comprimés s’apparentant à de la méthamphétamine et d’environ 1 once de cannabis, sur la route du Village à Sainte-Christine. L’individu a été libéré et pourrait être sommé à comparaître pour répondre d’une accusation de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic. Marie-Ève Martel

***

Une enveloppe pour un skatepark à Saint-Césaire

La persévérance et la prestance d’une poignée de jeunes de Saint-Césaire auront porté leurs fruits. Après avoir réclamé à maintes reprises un skatepark à la municipalité, celle-ci a fait savoir, lors de sa séance de mardi, qu’une enveloppe pouvant aller jusqu’à 70 000 $ serait allouée au projet au prochain budget. Pour alléger la dépense, Saint-Césaire compte soumettre le tout au Programme de soutien aux projets structurants de la MRC de Rouville, qui pourrait financer jusqu’à 60 % des coûts, a fait savoir le maire Guy Benjamin. En dépit de la volonté politique du conseil de répondre à la demande de sa jeune clientèle, le premier magistrat n’a toutefois pas pu s’avancer sur l’échéancier et l’emplacement de l’éventuelle infrastructure. Marie-Ève Martel

***

L’aréna Guy-Nadeau sera démoli

Le conseil de Saint-Césaire a adopté une résolution mardi soir pour aller en appels d’offres concernant la démolition éventuelle de l’aréna Guy-Nadeau. Le tout servira à connaître le budget à réserver pour l’opération, a précisé le maire Guy Benjamin. Assurer la bâtisse, inutilisée depuis le mois de juillet, coûte également cher à la municipalité, a-t-il ajouté. La décision de mettre l’infrastructure à terre pourrait se prendre dans la première moitié de 2018, a fait savoir l’élu. Par ailleurs, les démarches pour réaliser des plans et devis pour un nouvel aréna se poursuivent. Une estimation de coûts devrait être livrée sous peu, après quoi la municipalité attendra le prochain appel de projets du programme de subventions du Fonds des petites collectivités. Si Saint-Césaire se dote d’un nouvel aréna, celui-ci serait construit au même endroit que l’infrastructure actuelle. Marie-Ève Martel

***

Frelighsburg: limite de charge sur un pont

Le ministère des Transports impose une limite de charge pour le pont du chemin Abbott’s Corner, à Frelighsburg. L’analyse des données recueillies à la suite d’une inspection de la structure qui enjambe le ruisseau Chaffee a amené le ministère à prendre cette décision. Les limites imposées sont les suivantes: 24 tonnes pour un camion d’une suite unité, 38 tonnes pour un camion semi-remorque et 50 tonnes pour un train routier. Les véhicules lourds dont la charge excède ces limites ont l’interdiction de franchir le pont. La signalisation sera installée dans les prochains jours. La Voix de l'Est

Actualités

Waterloo en bref

Première séance à Waterloo

Les citoyens de Waterloo ont découvert, mardi soir, le nouveau visage de leur conseil municipal. Robert Auclair, Louise Côté, Normand Morin, Sylvain Hamel, André Rainville et Pierre Brien ont pris place pour la première fois autour du nouveau maire Jean-Marie Lachapelle. La séance, qui s’était déroulée dans le calme et le respect, a toutefois été levée de façon abrupte par le maire, visiblement irrité par les commentaires du citoyen Yves Guay. Ce dernier déplorait le niveau d’endettement à long terme de la municipalité et ses récentes dépenses, invitant les élus à lire la Politique de gestion de la dette à long terme en vue du budget 2018, et à se concentrer « sur les urgences » du plan triennal.

***

Qui s’occupe de quoi ?

Les élus de Waterloo se sont vu confier leurs responsabilités respectives au sein du nouveau conseil municipal. Ainsi, le Comité des finances, ressources humaines et développement économique sera l’affaire de Louise Côté et André Rainville ; le Comité des travaux publics sera sous la responsabilité de Normand Morin et Robert Auclair ; le Comité des loisirs et de la culture aura pour responsables Normand Morin et Sylvain Hamel ; les conseillers Pierre Brien et Robert Auclair s’occuperont du Comité de sécurité publique ; André Rainville et Robert Auclair seront chargés du Comité consultatif d’urbanisme, tandis que le dossier de l’Office municipal d’habitation de Waterloo a été alloué à Sylvain Hamel et Normand Morin.

***

Changement aux assemblées du conseil

Les assemblées du conseil municipal, qui se tenaient traditionnellement le premier mardi de chaque mois, changeront de case au calendrier. À compter de janvier 2018, les séances publiques auront plutôt lieu le second mardi du mois, toujours à 19 h, sauf en août où les élus siègeront le troisième mardi. Cette nouvelle façon de faire laissera notamment aux membres du conseil plus de temps pour prendre connaissance de la liste complète des comptes à payer du mois précédent avant de l’approuver. 

***

Contrat avec la SPA des Cantons

La Ville de Waterloo renouvelle son contrat de contrôle animalier avec la SPA des Cantons. Se disant satisfaits des services de l’organisme, les élus ont accepté une entente couvrant la période du 1er août 2017 au 1er août 2018. L’engagement prévoit que la municipalité paie selon une grille tarifaire établie en fonction des services dispensés par la SPA — capture, euthanasie, déplacement d’animaux, etc. Un montant de 5000 $ a été réservé au budget d’exploitation à cette fin. 

***

Des portables pour les élus

Cette semaine, le conseil municipal est revenu à l’ancienne méthode « avec papier ». La situation n’est toutefois que temporaire, car les six nouveaux conseillers recevront tous sous peu un ordinateur portable pour la gestion des affaires municipales. L’utilisation de leur ordinateur personnel n’était pas la solution optimale en matière d’efficacité, de confidentialité et de sécurité, fait-on valoir. L’achat des six appareils, totalisant 6738,47 $ taxes incluses, a été fait auprès de la compagnie MS Geslam. Le maire possède déjà un ordinateur fourni par la Ville.

Actualités

L’abattage d’arbres par Hydro-Québec inquiète à Bromont

La saga de l’implantation d’une ligne triphasée par Hydro-Québec dans le secteur du lac Bromont a refait surface lors de la période de questions à la séance du conseil, lundi. Plusieurs arbres identifiés le long du chemin panoramique seront abattus au cours des jours à venir, ce qui ravive les inquiétudes­ chez certains citoyens.

« Cet automne, Hydro-Québec a fait des X partout [sur des arbres]. J’imagine que vous êtes au courant ?, a lancé aux élus bromontois Michelle Champagne. [...] C’est assez inquiétant. On parle [entre autres] de gros chênes. »

Le maire Louis Villeneuve, conseiller sortant du quartier Lac Bromont, a repris la balle au bond. « Je me suis débattu comme un diable dans l’eau bénite. [...] Mais je ne peux pas rouvrir ce dossier d’Hydro-Québec­. Une chose est certaine, on les suit de près. Il y a beaucoup de [marques] rouge sur le chemin de Gaspé, a-t-il illustré. Et oui, il y aura des arbres qui vont tomber. »

Rappelons que l’ex-­représentant du district 2 n’avait pas caché sa déception lorsque la société d’État avait tranché, en octobre 2016, concernant le tracé retenu pour la nouvelle ligne électrique, soit en bordure des chemins de Magog et de Gaspé jusqu’à l’intersection de la rue Frontenac.

« Je ne suis vraiment pas d’accord avec cette décision. Je pense qu’on va endommager sérieusement certains de nos derniers grands chemins panoramiques à Bromont, avait-il fait valoir. [...] Jamais les gens d’Hydro-­Québec n’ont fait la preuve hors de tout doute que c’était le seul endroit où ils pouvaient­ passer. »

Affaires

Restructuration chez GE : l'usine de Bromont épargnée

Alors que le géant américain General Electric (GE) amorce l’une des plus importantes restructurations de son histoire, sa division aviation, à laquelle est rattachée son usine bromontoise, ne semble pas concernée pour le moment.

« On a de la chance d’être dans la bonne business, dans le bon créneau », a indiqué Johanne Jolicoeur­, partenaire d’affaires aux ressources humaines chez GE Aviation, à Bromont.

Au dire de la porte-parole, l’usine bromontoise spécialisée dans la fabrication de pièces de moteurs d’avions dédiées aux domaines commercial et militaire ne devrait pas faire les frais de la restructuration. « Il ne devrait pas y avoir d’impact au niveau des opérations manufacturières­ », fait-elle savoir. 

Les quelque 800 employés seraient donc épargnés par le plan de restructuration annoncé lundi par la haute direction de la multinationale américaine, qui souhaite se sortir de sa situation financière critique. La capitalisation boursière du géant industriel a en effet perdu plus de 100 milliards de dollars en moins d’un an.

GE cherchera, entre autres, à réduire sa taille et à se concentrer sur ses divisions aéronautique, santé et énergétique. L’entreprise a déjà annoncé son intention de fermer ses centres de recherche et développement de Shanghai, de Rio de Janeiro et de Munich. Ceux de New York et de Bangalore, en Inde, échappent au couperet.

Bien qu’elle soit épargnée à l’heure actuelle, l’usine de Bromont devra s’assurer de contribuer à l’essor de l’entreprise pour assurer la suite des choses. « Il faut continuer à focuser [ce sur] quoi on a du contrôle. Il faut demeurer compétitifs­ », a déclaré Mme Jolicoeur.

— Avec la collaboration de La Presse canadienne

Actualités

Rougemont s’entend avec Francis Lavoie

Rougemont et Francis Lavoie s’apprêtent à signer des ententes hors cour pour mettre fin à deux litiges qui les opposent devant les tribunaux.

Rappelons qu’en juin dernier, le citoyen avait déposé une requête en Cour supérieure pour faire déclarer Pierre Dion inhabile à exercer la fonction de conseiller municipal pendant cinq ans. M. Lavoie faisait valoir que le conseiller demeurait à Saint-Césaire et non à Rougemont, en plus de s’être placé dans une situation de conflit d’intérêts à la séance de juin 2015.

Ce recours faisait suite à une plainte déposée à l’été 2015 par M. Lavoie au commissaire du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du Territoire (MAMOT), qui avait alors jugé n’avoir aucun motif d’intervenir. Le plaignant avait porté cette décision en appel en 2016, sans succès. Le commissaire maintenait sa décision, mais stipulait que seul un tribunal pourrait trancher sur l’habileté de M. Dion à siéger.

Actualités

L'actualité régionale en bref

Incendie dans un cabanon à Granby

Un incendie s’est déclaré mardi après-midi dans un cabanon attenant à une résidence de la rue de Beauport, à Granby. Le sinistre, qui a pris naissance un peu avant 15 h 30, a été maîtrisé peu après 16 h, a fait savoir Bruce Judge, chef aux opérations au Service de sécurité incendie de Granby.

« C’est un cabanon assez gros, d’environ 15 pieds par 25 pieds, dans lequel on retrouvait tous les équipements usuels : tondeuse, tracteur, etc. », énumère-t-il.

La moitié du bâtiment a été lourdement endommagé par les flammes, tandis que l’autre moitié s’est trouvée enfumée. Les dommages sont évalués à 10 000 $, et la cause de l’incendie demeure inconnue pour l’instant. Marie-Ève Martel