Le premier Marché écolo #verslezerodechet a attiré plus de 430 personnes samedi.

En marche vers le zéro déchet

La population est de plus en plus sensibilisée aux défis environnementaux de notre siècle. Nouveau signe de cette préoccupation croissante dans la région, le Marché écolo #verslezérodéchet s’est tenu pour une première fois à Saint-Alphonse-de-Granby, en marge de la Semaine québécoise de réduction des déchets.

Plus de 430 personnes ont visité la quinzaine de kiosques installés sur le site de L’Érablière la Grillade. Les commerces présents proposaient de nombreuses façons de ne plus générer de déchets dans la vie quotidienne. Nommons par exemple les pailles réutilisables, le savon à lessive en vrac et biodégradable, les cosmétiques naturels, les couches lavables, les vêtements recyclés et transformés, les plats de plastique rigide ou encore les emballages réutilisables en cire d’abeille pour remplacer la pellicule de plastique.

Après les sacs de tissus pour l’achat de fruits et légumes à l’épicerie, la nouvelle tendance est le shampooing en barre pour mettre fin aux bouteilles de plastique. Lynda Lavoie, de Bouquet de bulles, a écoulé son stock en une demi-journée au marché. « C’est LA tendance, remarque-t-elle. Je manque de shampooing en barre, je manque de savons à la pierre ponce et de savons du pays. Le shampooing sert à éliminer les bouteilles de plastique. J’étais contente que les gens me demandent ce produit-là. »

Il faut s’accorder une période d’adaptation lorsqu’on utilise ce genre de shampooing naturel puisque le consommateur peut avoir l’impression d’avoir les cheveux plus lourds et gras, ajoute Mme Lavoie. « C’est la détoxification du cheveu qui se fait, l’équilibre du pH se transforme. Il faut être patient. »

Au bout de 3 à 4 semaines, tout revient à la normale. L’artisane a remarqué pour son plus grand bonheur que les clients qui sont passés à son kiosque connaissaient déjà ces détails et étaient prêts à faire le pas.

Elle est elle-même consciente des gestes à poser pour l’environnement. Il n’y a qu’à voir ce qui trône sur sa table. Une crête d’œufs sert à la présentation des bombes de bain, des pochettes pour la récupération des fins de savon et prolonger leur vie utile sont offerts et un pain de savon est emballé de laine de mérinos pour que le savonnage, directement sur la peau, soit doux cet hiver. La laine, une fois le savon utilisé, devient un tampon à récurer.

Consommer différemment

Des résidents de Saint-Alphonse ont profité de la tenue du Marché écolo #verslezerodechet pour découvrir de nouvelles façons de faire leur part pour la planète. C’est le cas de France et Cathy. France est venue « voir s’il y a des trucs que je peux améliorer dans ma non-consommation. Ce sur quoi je suis le plus satisfaite est NousRire », raconte-t-elle en montrant la carte du groupe d’achat d’aliments biologiques et écoresponsables en vrac dont un point de chute vient d’être ajouté à Granby.

Le marché a permis à Cathy de découvrir en un seul endroit des commerçants qu’elle n’a pas le temps de découvrir autrement.

« Quand je consomme, je me pose des questions. Tout ce qui est emballé individuellement, je ne suis pas capable. Je travaille dans une usine où les gens prennent leur pause dans leur char en marche. Ça me choque. »

Elle remarque qu’il y a encore beaucoup de travail à faire dans la société, même chez elle. Son conjoint, Jean-Pierre, ne se gêne d’ailleurs pas pour le lui dire quand elle peut faire mieux. « L’amélioration de notre environnement commence par la consommation qu’on fait. Je vais faire réparer mon micro-ondes au lieu d’en acheter un neuf, même si ça coûte plus cher », donne-t-il en exemple.

Une deuxième édition confirmée

L’objectif d’un tel marché « est vraiment de conscientiser les gens et leur donner des trucs pour diminuer leur empreinte écologique sur notre planète Terre », affirme l’organisatrice Cynthia Fontaine.

Mme Fontaine commence sa transition vers le zéro déchet et voulait réunir sous un même toit les entreprises d’ici qui offrent des alternatives écologiques. L’organisatrice dit avoir essuyé beaucoup de refus de commerçants en raison de contraintes de temps, mais la plupart lui ont signifié leur intérêt pour l’an prochain. Elle ajustera aussi l’offre selon les commentaires reçus, par exemple en ajoutant des kiosques portant sur l’alimentation, comme les paniers de légumes biologiques provenant de fermiers de famille.

Deux conférences étaient offertes gratuitement dans la journée. La première avait pour titre « Zéro déchet, ou presque, en famille ». Pendant 45 minutes, Cynthia Lemieux donnait un lot de conseils pour réussir avec succès cette transition. Environ 70 personnes y ont assisté. Mme Lemieux a parlé en connaissance de cause puisqu’elle adhère au mouvement de zéro déchet.

La deuxième conférence portait sur le gaspillage alimentaire, ses conséquences et ses solutions. Eveline Lemieux, une artisane venue présenter ses produits depuis Ottawa, a abordé le sujet devant une cinquantaine de personnes.

Devant le succès de l’événement, Cynthia Fontaine peut déjà dire que le marché reviendra en octobre 2019.