Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés
Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés

En avant avec les Maisons des aînés

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
Même s’il est encore « trop tôt » pour tirer des leçons de la pandémie actuelle, le cabinet de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, indique que « le modèle proposé de Maisons des aînés semble être une alternative durable » aux CHSLD.

« Le modèle des Maisons des aînés présenté jusqu’à présent, basé sur des unités de 12 chambres privées avec des salles de bain individuelles, est très intéressant pour réduire les possibilités de propagation de virus et répondre aux besoins des personnes qui y seront hébergées, peut-on lire dans une réponse acheminée par courriel. De plus petits milieux de vie sont moins à risque d’introduire différents virus (que ce soit la grippe, la gastro ou encore le coronavirus). »

À lire aussi: Prioriser les soins à domicile 

Plus autonome, plus longtemps

L’objectif actuel est de construire 2600 nouvelles places en Maisons des aînés d’ici 2022.

« Il est évident que les choses évoluent rapidement et que les orientations pourraient être amenées à changer au cours des prochaines semaines ou des prochains mois », résume le cabinet.

Concept

Annoncées en grande pompe le 26 novembre dernier, les Maisons pour aînés, un projet phare de la Coalition avenir Québec, compteront des espaces communs pour que les résidents puissent accueillir leurs proches. 

De plus, finis les longs corridors remplis d’instruments médicaux qui ressemblent à des hôpitaux. Les postes d’infirmières seront dissimulés pour minimiser l’apparence d’un établissement de soins.

Les résidents seront finalement regroupés en fonction de leurs caractéristiques et leurs intérêts similaires. Bref, pour ne plus avoir des adultes avec des restrictions physiques vivant avec d’autres plus âgés souffrant d’Alzheimer. 

Avec La Presse canadienne