De nombreux parents, dont Mario Raymond (à gauche), se sont dit inquiets de l’adoption d’un nouveau règlement concernant l’acceptation d’élèves hors secteur à Val-des-Cerfs. Mais le règlement change très peu de choses, insiste la commission scolaire. Il ne fait que préciser la date à laquelle les réponses aux demandes hors secteur doivent être transmises.
De nombreux parents, dont Mario Raymond (à gauche), se sont dit inquiets de l’adoption d’un nouveau règlement concernant l’acceptation d’élèves hors secteur à Val-des-Cerfs. Mais le règlement change très peu de choses, insiste la commission scolaire. Il ne fait que préciser la date à laquelle les réponses aux demandes hors secteur doivent être transmises.

Élèves hors secteur à Val-des-Cerfs: un règlement adopté dans le tumulte

La salle du conseil des commissaires de Val-des-Cerfs était plus que pleine, mardi soir, et les interventions au micro nombreuses pour dénoncer — ou approuver — la nouvelle mouture d’un règlement portant sur l’acceptation des élèves hors secteurs dans les écoles.

Plusieurs parents ont exprimé leur tristesse et leur mécontentement à l’idée que la commission scolaire veuille restreindre leur droit d’envoyer leurs enfants à une autre école secondaire que celle correspondant à leur lieu de résidence.

Or, aucun changement en ce sens n’a été fait, soutient le directeur général de Val-des-Cerfs, Éric Racine.

Les modifications au règlement ne sont que « cosmétiques », a-t-il indiqué à l’assemblée. « On a simplement rendu plus explicites des mesures déjà en place. Il n’y a pas de grande révolution. »

Les parents qui le souhaitent peuvent toujours demander que leur enfant fréquente une autre école que celle qui lui est assignée, mais les élèves du secteur de cet établissement restent priorisés.

Bref, « le choix de l’école, oui, dans la mesure où il y a des places disponibles », dit M. Racine. 

Date de confirmation

Un autre aspect controversé du règlement a trait à la date où la confirmation ou non de l’acceptation d’une demande hors secteur est faite.

Là aussi, de nombreuses personnes désapprouvent que cette information soit transmise le deuxième lundi d’août, selon le nouveau règlement, ce qui occasionne un stress immense pour les élèves et leurs parents qui sauront tardivement si leur demande est acceptée.

« Ça aura un impact majeur sur la motivation de tous les élèves », a souligné Mario Raymond, membre du conseil d’établissement de l’école secondaire Massey-Vanier.

Mais là aussi, Val-des-Cerfs s’est dressée contre la « désinformation » qui circule.

« Avant, cette information était donnée dans une période variant de la mi-août au début septembre, indique le président de la commission scolaire, Paul Sarrazin, en entrevue. Tout ce qu’on a fait, là, c’est préciser la date. C’est la seule chose qu’il y a de nouveau avec le nouveau règlement PO-05. »

Pourquoi cette information est-elle donnée si tardivement ? Encore une fois, pour prioriser les élèves du secteur immédiat d’une école, dit Éric Racine.

Si une famille déménage durant l’été en face d’une école à la capacité limitée, il serait illogique que leurs enfants ne puissent la fréquenter sous prétexte que trop d’élèves hors secteur y ont déjà été admis.

Il faudrait alors envoyer ces enfants ailleurs, ce qui engendrerait des coûts de transport et une empreinte écologique supplémentaires pour la commission scolaire.

Val-des-Cerfs s’est toutefois dite ouverte à ce qu’un refus à une demande d’acceptation hors secteur soit signifié avant le deuxième lundi d’août.

Centralisation

Finalement, la question d’une centralisation, vers la commission scolaire, des décisions concernant l’acceptation des élèves hors secteur a aussi été évoquée, mardi soir.

Il n’en est rien, assure le directeur général, puisque la procédure reste la même. Il est préférable de s’inscrire d’abord à son école de secteur, pour sécuriser sa place, puis de faire la demande hors secteur. 

« Ça nous permet de donner un meilleur service », dit M. Racine

La nouvelle mouture du règlement PO-05 a été adoptée à majorité par les commissaires de Val-des-Cerfs peu après 22 h 30, mardi. Préalablement, il avait obtenu l’aval de la majorité des conseils d’établissement des écoles.

La commission scolaire s’est également engagée à créer des comités de travail auxquels les conseils d’établissement seront conviés « pour réduire les inconvénients de part et d’autre », dit Éric Racine.