Entre autres revendications, le syndicat agricole souhaite «assurer la compétitivité des outils de gestion».

Élections fédérales: l’UPA Montérégie identifie ses priorités

Moins de 24 heures après le déclenchement de la campagne électorale fédérale, l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Montérégie fait déjà connaître aux candidats des différents partis ses priorités en matière d’agriculture.

Entre autres revendications, le syndicat agricole souhaite «assurer la compétitivité des outils de gestion».

«Il y a déjà des programmes qui existent, mais qui ne permettent que d’assurer que 75% de la récolte et lorsque le prix du grain est bas, ça ne convient pas. On souhaite que le prochain gouvernement augmente la marge à 85%», explique le vice-président de l’UPA Montérégie, Claude Lapointe.

S’estimant mal soutenus par le gouvernement fédéral dans leurs efforts environnementaux, les producteurs membres de l’UPA demandent de plus un «budget stable et prévisible aux initiatives stratégiques en environnement» ainsi qu’un programme pour soutenir les services de protection environnementaux fournis par les agriculteurs tels que des bandes riveraines.

«On souhaite également rendre plus faciles les démarches administratives pour faire venir les travailleurs étrangers. En étant plus flexibles, ce serait possible de se partager des travailleurs entre entreprises», observe Claude Lapointe.

L’UPA exige surtout que l’agriculture ne soit plus «une monnaie d’échange» lors de la signature de traités de libre-échange. L’union souhaite l’instauration de nouveaux programmes pour éponger les pertes des producteurs et exclure les produits sous gestion des négociations avec les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay).

Une mise à jour du régime fiscal des entreprises agricoles et forestières est également demandée pour faciliter la transmission au sein d’une même famille.

L’UPA Montérégie compte braquer l’attention sur une catégorie d’exigences pendant une semaine jusqu’au 21 octobre. Un débat sera également organisé le 2 octobre à Beloeil entre les représentants des partis.