Pauline Robert, présidente de l’AQDR de Granby, et les candidats dans Shefford: Pierre Breton (Parti libéral), Andréanne Larouche (Bloc québécois), Nathalie Clermont (Parti conservateur du Québec), Mariam Sabbagh (Parti populaire du Canada), Raymonde Plamondon (Nouveau Parti démocratique) et Catherine Turgeon (Parti vert).

Élections fédérales: les aînés interpellent les candidats

Les candidats des six partis qui briguent les suffrages dans la circonscription de Shefford sont allés à la rencontre des aînés pour répondre aux questions qui les touchent dans le cadre d’une rencontre organisée par l’Association québécoise des retraités (AQDR) de Granby, lundi.

« L’AQDR est une association de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées. C’est un droit d’aller voter, mais si tu ne connais pas les noms, tu votes à peu près », plaide la présidente de l’AQDR, Pauline Robert. Elle ajoute qu’il s’agit d’une vitrine intéressante pour les candidats qui souhaitent se faire connaître et présenter leur programme. 

Le candidat libéral et député sortant, Pierre Breton, était aux côtés des cinq femmes qui espèrent aussi être élues le 21 octobre : Andréanne Larouche (Bloc québécois), Nathalie Clermont (Parti conservateur du Canada), Mariam Sabbagh (Parti populaire du Canada), Raymonde Plamondon (Nouveau Parti démocratique) et Catherine Turgeon (Parti vert). 

Dans un premier temps, trois enjeux préétablis par l’AQDR ont été soumis aux candidats : la pension de vieillesse, le retour au travail pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre, et enfin l’assurance médicament universelle. 

Le candidat libéral Pierre Breton­ est revenu sur l’âge d’admissibilité à la retraite qui est demeuré à 65 ans — Stephen Harper avait prévu le faire passer à 67 ans en 2023 — et sur l’augmentation du supplément de revenu garanti de 10 %, à 947 $. Il a aussi indiqué que le Parti libéral faciliterait le retour à l’emploi d’une personne recevant le supplément de revenu garanti (SRG), en lui permettant de gagner jusqu’à 5000 $ sans voir son SRG amputé — au lieu de 3500 $ actuellement. Il souhaite aussi faire baisser le prix des médicaments en revoyant le système comparatif servant actuellement à établir leurs valeurs. 

Katherine Turgeon, du Parti vert, souhaite annuler l’âge de la retraite obligatoire pour éviter que les aînés soient pénalisés s’ils retournent au travail. Elle veut faciliter l’accès aux prestations de retraite, qu’elle juge trop complexe, et étendre les soins de santé publics aux soins dentaires de base et l'assurance médicament. 

La bloquiste Andréanne Larouche souhaite revoir le mécanisme comparatif qui fixe le prix des médicaments d'origine afin de retirer les États-Unis de la liste de référence, ce qui permettrait de faire économiser 500 millions de dollars à terme selon le Bloc Québécois. Elle s’engage aussi à protéger les régimes de retraite pour que les retraités soient les créanciers principaux en cas de faillite. 

Nathalie Clermont, qui se présente sous la bannière conservatrice, est la seule à s’être attaquée au bilan libéral. Si elle est élue, elle souhaite abolir la TPS et réduire les impôts. Elle plaide aussi pour des peines plus sévères pour les crimes contre les aînés. 

Raymonde Plamondon du NPD, qui a été mairesse de Saint-Valérien-de-Milton, veut discuter avec les travailleurs de 65 ans et plus pour mettre en place une solution adaptée. 

De son côté, Mariam Sabbagh avait un peu de difficulté à s’exprimer en français et son discours était marqué de plusieurs hésitations. Elle cependant a plaidé pour une baisse du prix du panier d’épicerie en mettant fin aux quotas. 

Des membres de l’AQDR s’étaient rencontrés avant la rencontre afin de préparer cinq questions pour le deuxième volet de la rencontre. Ils ont questionné les candidats sur le vol massif de données, leur position dans la lutte aux paradis fiscaux, l’accessibilité aux services qui se donnent sur le web, la maltraitance des aînés et la crise des médias. 

Échanges vigoureux sur l’avortement

Le tout s’est terminé par une période de questions libres qui ont porté sur le droit à l’avortement et le bénévolat, ce qui a laissé place à des échanges vigoureux sur le passé du chef conservateur en tant que lobbyiste pour des groupes religieux. 

« Au lieu d’écouter un discours sur l’ensemble de la province, là, ce sont vraiment nos besoins à nous dont on parle », a confié une aînée, Ginette, à La Voix de L’Est à la fin de la rencontre. 

« C’est un bel exercice démocratique », a déclaré Pierre Breton après la séance. Son homologue bloquiste, Andréanne Larouche, a ajouté « que ce sont des rencontres comme celles-là qui [lui] rappelle pourquoi elle s’est lancée en politique ».

La rencontre préparée par l’AQDR avait aussi été réalisée lors des élections fédérales de 2015 et des dernières élections provinciales. Mme Robert souhaite répéter le tout lors des prochaines élections municipales.