Un sondage Mainstreet Research place Pierre Breton en tête dans Shefford. Le candidat du Parti libéral du Canada est suivi d’Andréanne Larouche, du Bloc québécois, et de Nathalie Clermont, du Parti conservateur du Canada.

Élections fédérales 2019: Pierre Breton en tête dans Shefford [VIDÉO]

Pierre Breton, candidat du Parti libéral du Canada, est en tête dans Shefford, avec 47 % des intentions de vote, selon un sondage de Mainstreet Research, obtenu dimanche par Groupe Capitales Médias. Toutefois, tout n’est pas joué alors qu’un électeur sur cinq dans la circonscription se dit encore indécis.

Le sondage réalisé par la firme Mainstreet Research place le Bloc Québécois et sa candidate Andréanne Larouche en deuxième position avec 24,3 % des intentions de vote. On retrouve ensuite la candidate conservatrice Nathalie Clermont en troisième position, avec 15,6 %, puis Katherine Turgeon du Parti vert avec 5,3 %. Finalement, Raymonde Plamondon du NPD est créditée de 4,1 % et Mariam Sabbagh du Parti populaire récolte 2,4 %.

Indécis

Le sondage transmis à La Voix de l’Est montre aussi que 20,2 % des répondants sont encore indécis, ce qui signifie « qu’il y a encore une capacité de croissance pour les partis politiques et qu’il y a un électorat qui attend de se faire séduire », indique le président de la firme Mainstreet Research, Luc Fortin.

« Dans le détail du sondage, on voit que les libéraux sont en tête dans tous les indicateurs, autant chez les hommes que chez les femmes, dans tous les groupes d’âge. Ceci étant dit, il y a vraiment une égalité statistique en tête chez les 18-34 ans entre les libéraux et le Bloc, donc on voit que, pour les plus jeunes dans Shefford, il y a une chaude lutte », analyse M. Fortin.

Il ajoute que Pierre Breton récolte toutefois un appui considérable des 65 ans et plus avec 60,5 % des intentions de vote, « une bonne nouvelle pour M. Breton parce qu’on sait que c’est le groupe d’âge le plus discipliné pour aller voter ».

Le sondage a été mené par téléphone auprès de 614 adultes de la circonscription de Shefford, qui compte 111 139 électeurs, selon Élections Canada. « [C’est] un très bon échantillonnage pour une circonscription », assure Luc Fortin. La marge d’erreur du sondage est de 3,95 %, à un niveau de confiance de 95 %.

AbonnezvousBarometre

Ce qu’ils ont dit

« J’ai travaillé extrêmement fort au cours des quatre dernières années pour défendre les intérêts de mes citoyens. On a posé beaucoup d’actions concrètes et je suis présent dans le comté pour être près de ma population », a réagi Pierre Breton par téléphone. Il note qu’il est intéressant de connaître le pouls de la population aujourd’hui, mais que ce n’est qu’un sondage et qu’il compte continuer d’aller à la rencontre des gens de sa circonscription jusqu’à la fin de la campagne.

La bloquiste Andréanne Larouche ne tient pas compte des sondages, puisqu’elle dit constater sur le terrain l’indécision des électeurs. Elle indique qu’elle continuera de travailler très fort jusqu’au jour des élections, le 21 octobre.

Si la candidate du Parti conservateur du Canada, Nathalie Clermont, est créditée de 15,6 % des intentions de vote, elle affirme plutôt être à 29 % de ces intentions, selon les chiffres de son porte-à-porte. Appelée à commenter le 20 % d’indécis, Mme Clermont explique ce pourcentage par le bilan du Parti libéral, « qui n’a pas satisfait les attentes », avance-t-elle.

La candidate du Parti vert Katherine Turgeon s’est quant à elle dite déçue de voir que les pourcentages d’intention de vote à son égard et celui de son parti ne sont pas plus hauts, puisqu’elle estime qu’ils sont les seuls à offrir de réelles solutions à « l’urgence climatique ». « Je suis certaine que si j’avais une discussion, un à un, avec chaque personne indécise, à la fin de la conversation il serait convaincu », affirme-t-elle. Katherine Turgeon les invite donc à venir la rencontrer à son local de campagne sur la rue Principale, à Granby.

« Nous sommes un parti inconnu, avance pour sa part Mariam Sabbagh du Parti populaire du Canada, par écrit. Je ne considère pas une entrée en politique comme un concours de popularité. J’entre en politique pour partager des idées politiques qui, à mon avis, peuvent améliorer la vie. » Elle invite les citoyens à prendre connaissance de leur plateforme sur leur site Internet et à lui écrire sur Facebook.

La Voix de l’Est n’a pas été en mesure de contacter Raymonde Plamondon du Nouveau Parti démocratique (NPD), dimanche.