Des électeurs viennent voter à un bureau de scrutin de Saint-Félicien, lundi.

Vote 101: petit guide pour s’y retrouver en ce jour de scrutin

MONTRÉAL - Des millions d’électeurs iront aux urnes, lundi, pour choisir quel candidat les représentera à l’Assemblée nationale.

Qu’il s’agisse d’une première expérience de vote ou d’un geste souvent répété, il existe des règles à suivre pour pouvoir faire son choix. La Presse canadienne a préparé un petit guide pour s’y retrouver.

L’heure du choix

Les électeurs pourront voter lundi, de 9 h 30 à 20 h, dans le bureau de vote qui leur a été assigné. Chaque électeur devrait avoir reçu au 28 septembre une carte indiquant l’adresse du lieu du vote.

Le lieu du vote est également disponible en ligne sur le site d’Élections Québec, au www.electionsquebec.qc.ca : http://www.electionsquebec.qc.ca.

S’identifier

Pour voter, l’électeur doit avoir avec lui l’une de ces pièces d’identité: un permis de conduire du Québec, une carte d’assurance maladie du Québec, un passeport canadien, un certificat de statut d’Indien ou une carte d’identité des Forces canadiennes.

Si une personne se rend au lieu de vote sans l’une de ces formes d’identification, elle sera redirigée vers la table de vérification de l’identité des électeurs, présente dans chaque bureau de vote.

«Pour être admis à voter sans une des pièces d’identité qui sont prévues, la personne doit, en premier lieu, déclarer et prêter serment devant les membres de la table qu’elle est bien l’électeur qui est inscrit sur la liste électorale et qu’elle a le droit d’être inscrite à cette adresse», explique Stéphanie Isabel, porte-parole d’Élections Québec.

Après le serment, la personne devrait satisfaire à l’une de deux conditions. Elle devra soit présenter au moins deux pièces d’identité prouvant, ensemble, le nom, la date de naissance et l’adresse du domicile. Il peut s’agir par exemple d’une carte étudiante ou d’une carte d’hôpital pour le nom, et d’une facture (Hydro-Québec, câblodistribution, etc.) pour l’adresse.

«Ce doit être une communication postale et personnalisée, et non pas une publicité, par exemple, postée seulement à l’adresse», précise Mme Isabel.

Sinon, il est aussi possible d’être accompagné d’une personne qui pourra attester de l’identité de l’électeur. Cette personne attestera à la fois de sa propre identité, avec son adresse, de même que de celle de l’électeur qu’elle accompagne.

De l’aide dans l’isoloir

L’électeur doit être seul dans l’isoloir, afin de garantir la confidentialité de son vote. La porte-parole d’Élections Québec assure toutefois qu’un parent accompagné de son enfant peut l’emmener avec lui au moment d’inscrire son choix.

Des mesures sont par ailleurs prévues pour favoriser l’accessibilité au vote le jour du scrutin, par exemple pour un électeur ayant un handicap visuel.

«On a des mesures qui sont prévues pour les personnes qui pourraient avoir des difficultés visuelles. Par exemple, on a la trousse d’accessibilité, qui contient une loupe lumineuse, une tablette avec des clips, des crayons avec des embouts permettant une meilleure prise, un gabarit de vote en braille avec des repères, une affiche des personnes candidates en gros caractères. Cette modalité-là est disponible dans les lieux de vote, (il suffit de) demander au personnel électoral pour s’informer. Il est aussi possible d’obtenir de l’aide avec le personnel électoral pour marquer le bulletin de vote», illustre Mme Isabel.

Une marque claire

Voter est une chose, encore faut-il que le personnel au dépouillement soit certain du choix de l’électeur.

«On peut rejeter des bulletins de vote», rappelle Mme Isabel.

Certains critères feront en sorte que le bulletin pourra être rejeté. Par exemple, un bulletin qui n’a pas été marqué du tout ou qui a été marqué en faveur de plus d’un candidat sera rejeté. Même chose pour un bulletin marqué ailleurs que dans un des cercles prévus à cet effet ou qui porte des inscriptions fantaisistes, injurieuses ou autre que simplement une marque de vote.

Vous voulez voter pour un parti, mais celui-ci ne présente aucun candidat dans votre circonscription? Impossible. Seuls les candidats inscrits au bulletin peuvent recevoir un vote et un bulletin sur lequel serait ajouté un nom à la main ne serait pas accepté.

Le vote doit de plus être marqué à l’aide du crayon fourni avec le bulletin. Un électeur qui sortirait un stylo de sa poche pour faire sa marque verrait son bulletin rejeté également.

Un deuxième bulletin

On fait une marque dans le mauvais cercle. Notre vote est-il perdu?

Non, assure la porte-parole d’Élections Québec.

Il est en effet possible d’obtenir un deuxième bulletin en cas d’erreur. L’électeur doit pour ce faire retourner à la table d’identification avec son bulletin intact. Il ne doit donc pas le déchirer derrière l’isoloir, ni l’altérer de quelque façon que ce soit. Le personnel électoral, sans regarder à quel endroit la marque erronée a été faite, s’assurera que le bulletin de vote est intact, puis le déchirera devant l’électeur. Un nouveau bulletin de vote sera alors remis.

Du temps pour voter

La loi prévoit que le jour du vote, un employeur doit accorder à ses employés au moins quatre heures consécutives pour leur permettre d’aller voter, et ce, sans diminution de salaire ou autre sanction. Cette période de quatre heures doit être accordée entre 9h30 et 20h, soit les heures d’ouverture des bureaux de vote, et n’inclut pas le temps normalement accordé pour les repas.

«Il faut comprendre ici que c’est quatre heures consécutives, donc si la personne fait une journée de 11h à 19h, l’employeur, si on lui fait la demande, pourrait permettre à l’électeur de commencer sa journée à 13h30, ou encore le libérer un peu plus tôt, à 16h», explique Mme Isabel.

Les employés ont évidemment accès au vote par anticipation, mais l’employeur ne peut obliger son employé à aller voter avant le 1er octobre afin qu’il soit présent sur son lieu de travail ce jour-là.

«Il faut comprendre que si, déjà, la journée de travail commençait à partir de 13h30 ou finissait avant 16h, on vient de libérer le 4 heures là», précise la porte-parole.

Les résultats

Le dépouillement commence dès la fermeture des bureaux de vote, à 20 h. Ce sont les directeurs de scrutin de chacune des circonscriptions qui sont responsables de faire le recensement des votes.

Le dépouillement est fait manuellement, par le personnel électoral sur place, dans un lieu qui est protégé et sécurisé, précise Élections Québec. Aucune boîte de vote n’est ouverte avant la fermeture des bureaux, le 1er octobre à 20 h, pas même les boîtes de vote par anticipation.

Les résultats seront publiés sur le site d’Élections Québec au fur et à mesure qu’ils seront connus.

«On donne élu un candidat par circonscription, précise Mme Isabel. Ce n’est pas sur le site d’Élections Québec que va être identifié un parti gagnant.»

Le parti gagnant sera celui qui aura fait élire le plus de députés. Comme le Québec compte 125 circonscriptions, un parti doit obtenir 63 sièges pour former un gouvernement majoritaire.
+