Si la CAQ de François Legault est en bonne voie de former le prochain gouvernement, reste toujours à savoir si elle sera minoritaire ou majoritaire, selon un coup de sonde de la firme Mainstreet.

Sondage Mainstreet: la CAQ près d’une majorité

La Coalition avenir Québec semble en bonne position pour gagner le scrutin de lundi, d’après un sondage de la firme Mainstreet réalisé pour Groupe Capitales Médias. Son avance n’est que de 2,5 % sur le Parti libéral, mais sa force dans l’électorat francophone devrait en principe suffire à lui donner la victoire, estime le sondeur. Reste à voir si celle-ci sera majoritaire ou minoritaire...

Le parti de François Legault recueille 31,5 % des intentions de vote mesurées par Mainstreet, contre 29 % pour le PLQ, après répartition des indécis. Le Parti québécois et Québec solidaire suivent, à 19,5 % et 16,3 % respectivement.

«Mais maintenant, la bataille ne se joue plus sur les chiffres nationaux, mais plutôt circonscription par circonscription», avertit Steve Pinkus, vice-président de Mainstreet.

C’est que les appuis libéraux sont particulièrement concentrés dans l’ouest de l’île de Montréal et chez les non-francophones, dont les deux tiers ont l’intention de voter «rouge». Chez les francophones, qui élisent une bonne majorité des députés, la CAQ jouit d’une avance de 12 points sur le PQ, à 36 contre 24 %. Dans ce groupe linguistique, les libéraux (20 %) font à peine mieux que QS (19 %).

Mais malgré cette position de force, ces résultats peuvent avoir un côté décevant pour les caquistes. «Au début de la campagne, se souvient M. Pinkus, ça aurait été facile de prédire une victoire majoritaire de la CAQ [qui devançait le PLQ par près de 7 points en août, NDLR]. Mais aujourd’hui, c’est moins évident, ça va dépendre de quel côté vont pencher les courses très serrées. On va avoir plusieurs courses à deux ou trois lundi soir, et même quelques courses à quatre.»


« Maintenant, la bataille ne se joue plus sur les chiffres nationaux, mais plutôt circonscription par circonscription »
Steve Pinkus, vice-président de Mainstreet Recherche

Dans la région de Québec, la CAQ domine avec 37 % des intentions de vote, loin devant les libéraux (25 %). Fait à noter, c’est Québec solidaire (19 %) qui est troisième dans la capitale, devant le PQ (14 %). Ce score de QS dans la capitale est nettement plus élevé que ce que Mainstreet mesurait en août dernier, quand QS piétinait à 12 %. La montée est probablement concentrée dans Taschereau, où le sondeur a constaté que la candidate solidaire Catherine Dorion jouit d’une bonne avance (37 à 22 %) sur la péquiste Diane Lavallée.

Dans la banlieue montréalaise, où se jouent beaucoup de sièges, la CAQ mène par 32 à 24 % sur le Parti libéral, avec le PQ (23 %) et QS (18 %) non loin derrière. Dans les régions, Mainstreet mesure aussi une bonne avance à la CAQ (40 %), mais sur le PQ (23 %).

Le PLQ domine à Montréal

À Montréal, les libéraux (47 %) dominent à cause de leurs appuis massifs dans l’ouest de l’île, mais, fait à noter, c’est la CAQ qui arrive deuxième là-bas. Le PQ et QS y sont à égalité avec environ 14,5 % des intentions de vote — ce qui pourrait être de mauvais augure pour les solidaires, puisque plusieurs des circonscriptions où ils peuvent espérer percer se trouvent dans l’est de l’île.

Parmi les faits saillants de la campagne, selon M. Pinkus, vient la montée de QS, dont les appuis sont plus élevés que jamais. Ils sont toutefois concentrés chez les 18-34 ans (34 % disent qu’ils vont voter QS dans le dernier Mainstreet), une tranche d’âge qui ne se rend pas beaucoup aux urnes.

«Le second débat en français a constitué un point tournant pour les chefs François Legault (CAQ) et Jean-François Lisée (PQ), écrit M. Pinkus dans son rapport de sondage final. Après neuf jours consécutifs de gains, le PQ avait atteint 25 % d’appuis juste avant ce débat (un sommet) et la CAQ avait chuté à un peu plus de 27 %, soit quatre points derrière les libéraux. Mais immédiatement après le débat, le PQ a perdu 8 points à 17 % et a été battu par QS qui s’est inscrit à 19 %. À l’inverse, la CAQ est passée de 27 % à 30 % et à égalité avec les libéraux. Jeudi soir avant le débat, seuls 2 points séparaient la CAQ et le PQ. La nuit suivante, vendredi, l’écart était de 13 points.»

Le sondage a été mené les 26 et 27 septembre dernier auprès de 1760 électeurs; sa marge d’erreur est de ± 2,33 % 19 fois sur 20.

***

CIRCONSCRIPTIONS À SURVEILLER

• Laval-des-Rapides : A voté du côté du pouvoir au cours des 10 dernières élections. Le 22 septembre, Mainstreet y voyait la CAQ (29 %) et les libéraux (27 %) au coude-à-coude.

• Pointe-aux-Trembles : Le candidat-vedette du PQ Jean-Martin Aussant s’y présente, mais il était à égalité avec la CAQ (33 % vs 32,4 %) en date du 25 septembre.

• Sherbrooke : C’est la définition même d’une «course à quatre» : en date du 18 septembre, Mainstreet plaçait les quatre principaux partis dans une minuscule fourchette de 23 à 25 %.

• Rouyn-Noranda-Témiscamingue : Course à trois où la CAQ, le PQ et QS obtenaient chacun 26 ou 27 % d’appuis, en date du 24 septembre.

• Rosemont : Le chef péquiste Jean-François Lisée y affronte l’ex-chroniqueur de La Presse Vincent Marissal. Deux sondages ont mesuré une avance de quelques points pour M. Lisée, mais s’il fallait qu’il perde, cela pourrait être le signe d’une très dure soirée pour le PQ.

***

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, des données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.