Les quatre nouveaux députés de la Mauricie: Simon Allaire dans Maskinongé, Sonia LeBel dans Champlain, Marie-Louise Tardif dans Laviolette-Saint-Maurice et Jean Boulet dans Trois-Rivières.

Raz-de-marée caquiste en Mauricie

Trois-Rivières — C’est un véritable raz-de-marée caquiste qui a déferlé sur la Mauricie, lundi soir, alors que tous les comtés ont été remportés par les candidats du parti de François Legault, allant même jusqu’à une majorité absolue pour Sonia LeBel dans le comté de Champlain, avec plus de 12 000 voix d’avance sur son plus proche adversaire, le député sortant Pierre Michel Auger.

À l’image de la campagne d’équipe que les quatre candidats de la Mauricie avaient menée durant les 39 derniers jours, c’est en équipe que les nouveaux députés élus ont choisi de festoyer. Tour à tour, Sonia LeBel, Jean Boulet, Simon Allaire et Marie-Louise Tardif ont fait leur entrée au restaurant La Cage aux Sports de Trois-Rivières, où une foule de supporters les attendaient pour célébrer cette victoire que les quatre candidats caquistes n’ont pas hésité à qualifier de victoire d’équipe.

«On a fondé notre marque de commerce sur le travail d’équipe. On a travaillé en équipe en Mauricie, et aussi de façon provinciale», a commenté la nouvelle députée de Champlain, Sonia LeBel. «On l’a dit souvent, on avait un dream team en Mauricie. Je pense vraiment qu’à l’Assemblée nationale, on aura notre voix et la Mauricie sera très bien représentée», a renchéri son collègue de Maskinongé, Simon Allaire.

Si, historiquement, les résultats en Mauricie pouvaient tarder à se faire connaître lors des élections précédentes, le sort a été rapidement scellé lundi soir, alors que les quatre candidats étaient déclarés élus en moins de 90 minutes après la fermeture des bureaux de vote. Une rapidité qui a étonné les principaux intéressés, qui estiment que l’évidence du verdict des électeurs témoigne de la grande volonté de changement qui se faisait sentir sur le terrain.

«Ce serait prétentieux de dire qu’on attendait des résultats aussi concluants, mais ce sont des résultats extrêmement satisfaisants, qui sont totalement compatibles avec les témoignages qu’on recueillait partout dans le comté de Trois-Rivières et en Mauricie», note le nouveau député de Trois-Rivières, Jean Boulet. «J’ai eu peur, pour ma part. On s’attendait peut-être d’avoir un gouvernement minoritaire. Nous sommes d’autant plus contents, heureux, fiers, soulagés. Ce sera beaucoup plus facile de gouverner et c’est le meilleur gouvernement que les Québécois pouvaient avoir», mentionne sa collègue de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif.

Sonia LeBel n’a d’ailleurs pas hésité à faire remarquer que, tant en Mauricie avec une équipe entièrement caquiste qu’au plan provincial avec un gouvernement majoritaire, l’équipe aura les coudées franches pour accomplir le travail qu’elle veut accomplir. «Quand je me suis joint à la CAQ, il y a un an et demi, on était troisième dans les sondages. Envisager un gouvernement majoritaire était loin de mes rêves», a-t-elle lancé.

Pour Jean Boulet, la demande des électeurs est claire. «On a été élu pour faire du changement au Québec et on va tenir parole. On va prendre une orientation qui est claire vers le changement», a-t-il signalé.

Appelée à prendre le flambeau d’un comté où l’ancienne ministre Julie Boulet avait régné pendant 17 ans, Marie-Louise Tardif a souligné le travail de sa prédecesseure. «C’est une grosse pointure à chausser. Mais lors de nos nombreux passages à La Tuque, les gens de La Tuque m’ont fait comprendre qu’ils votaient pour Julie, qu’ils ne votaient pas libéral. À la fin de la campagne, on me disait: on vous a vu tellement souvent, on a confiance en vous et c’est pour vous qu’on va voter», a indiqué Marie-Louise Tardif.

Pour sa part, Jean Boulet a souligné le travail de sa sœur. «Je suis fier de ce que ma sœur Julie a accompli. Elle a fait son travail avec beaucoup d’intensité et de détermination, et moi ça me fait plaisir de lui succéder et de donner à Trois-Rivières et à la Mauricie, la voix forte qu’elle mérite», indique celui qui n’avait pas encore eu, lundi soir, l’occasion de parler à sa sœur. «Si ce n’est pas ce soir, ce sera demain. On va certainement se parler», a-t-il confié.

Dans Maskinongé, Simon Allaire a aussi rendu hommage au député sortant Marc H. Plante. «Marc a fait un excellent travail dans les quatre dernières années. Mais je suis content. J’ai fait ma campagne avec mes idées et regardez le résultat», a-t-il ajouté.