Matane-Matapédia: des boîtes de scrutin éparpillées sur la route

MATANE – Quelle ne fut pas la surprise de certains citoyens en apercevant des urnes, dimanche soir, qui tombaient d'une camionnette circulant sur la route 195, à la hauteur de Saint-Vianney, dans La Matapédia. Ces boîtes contenaient des bulletins de vote par anticipation de la circonscription de Matane-Matapédia. Selon un témoin, des papiers volaient au vent et les boîtes étaient dispersées ici et là.

«J'ai vu sur 1 km près d'une dizaine de boîtes, raconte une résidente d'Amqui, Mélanie Gallant, qui s'est arrêtée sur les lieux vers 18h30 dimanche. Quatre à cinq étaient écrasées par des autos. Il y en avait sur la ligne jaune, sur la ligne blanche, sur le talus et sur le bord de la route. Des papiers étaient étendus dans le chemin. Deux citoyens remettaient ça dans les boîtes et dans des sacs. Je n'avais jamais vu ça!»

Le bureau du Directeur général des élections (DGE) confirme que neuf urnes sont tombées d'un véhicule à bord duquel deux membres du personnel électoral prenaient place et que sept d'entre elles contenaient des votes par anticipation. Un citoyen a appelé le directeur du scrutin qui lui, a appelé la Sûreté du Québec afin de venir lui porter assistance.

«Pour la majorité des urnes qui ont été récupérées, tout était encore à l'intérieur, assure la porte-parole du DGE, Julie St-Arnaud. Une urne était brisée et les enveloppes à l'intérieur étaient sorties. Toutefois, le scellé et l'enveloppe étaient intacts. On sait qu'on a récupéré l'entièreté du matériel parce que tout est consigné et noté.» Selon Mme St-Arnaud, il ne s'agit que d'une malheureuse erreur humaine.

Pascal Bérubé inquiet

Pascal Bérubé n'est pas pour autant rassuré. Tant et si bien qu'il a demandé au DGE de faire enquête. «Je veux savoir ce qui s'est passé, insiste le député sortant dans Matane-Matapédia. Je veux m'assurer de l'intégrité du processus électoral. J'ai appelé la Sûreté du Québec aussi. C'est troublant!»

L'événement revêt un caractère plutôt insolite. «J'ai échangé avec des gens qui sont au sein de l'institution depuis longtemps et, à leur connaissance, ce genre d'incident n'est jamais survenu», indique la porte-parole du DGE.