Le chef du Parti québécois, Jean=François Lisée

Le PQ veut une certification «Fabriqué au Québec» pour tous les produits québécois

MONTRÉAL — Le Parti québécois (PQ), s'il est élu, veut introduire une certification «Fabriqué au Québec» pour tous les produits d'ici, des vêtements jusqu'aux meubles en passant par les produits industriels.

Les produits du Québec seraient alors dûment identifiés, un peu comme c'est le cas en supermarché avec les logos «Aliment du Québec», a expliqué en point de presse à Montréal le chef du PQ, Jean-François Lisée.

Le parti dit que les Québécois ont un appétit pour une telle certification.

L'annonce a causé un léger embarras au chef. Questionné sur la provenance de son habit, le chef a dit l'ignorer et a dû vérifier dans le revers de son veston. Mais il a précisé que la plupart des complets sont au fabriqués au Québec et a pris en souriant l'engagement ferme que ses vestons pour sa réélection seront fabriqués ici.

Le projet de certification est embryonnaire, et le parti ne sait pas encore quel pourcentage serait requis pour une telle étiquette, mais il veut s'y pencher immédiatement. Il veut entreprendre des discussions avec les entreprises.

Car «rien de tel n'existe pour les produits du secteur manufacturier», a ajouté le candidat péquiste Nicolas Marceau, présent au point de presse.

«On croit qu'il y a un appétit du côté des Québécois de favoriser les produits d'ici. On le fait à la demande des Québécois».

Les gens disent qu'ils trouvent ça anormal quand ils achètent quelque chose de ne pas savoir d'où ça provient, selon lui. «Les gens vont privilégier les produits du Québec quand ils vont le savoir», juge M. Marceau.

Il pourrait y avoir aussi des certifications connexes, comme «conçu au Québec», ou «développé au Québec», a-t-il précisé.

Taxe de bienvenue

Avec un gouvernement péquiste, les Québécois qui sont des premiers acheteurs de propriété pourraient aussi dire «au revoir» à une partie de la «taxe de bienvenue», «honnie» des gens, a dit le chef péquiste Jean-François Lisée.

L'argent serait remboursé par un chèque pouvant aller jusqu'à 1 374 $. Le coût net pour Québec serait de 23 millions $.

Selon le Parti, environ 47 000 familles profiteraient de la mesure.

Appels d'offres intelligents

Le PQ mettrait en place de nouvelles règles pour les contrats publics. Des «appels d'offres «intelligents» favoriseraient l'achat local, soutient la formation politique.

La règle usuelle du «plus bas soumissionnaire» pour les contrats publics serait modifiée pour inclure d'autres facteurs liés au respect de l'environnement, des droits des travailleurs et de la langue française.

Cela rendrait la tâche plus difficile aux entrepreneurs corrompus et à ceux qui font de la collusion, estime le PQ.

La formation politique a fait part de ce plan lundi matin, en face du siège social de la Caisse de dépôt et placement, à Montréal, dont le parti veut recentrer le rôle sur les intérêts économiques de la province, notamment en l'obligeant à inclure 25 pour cent de contenu québécois dans ses projets d'infrastructure.

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, des données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.