Le candidat libéral dans Jean-Talon Sébastien Proulx entouré d'autres candidats libéraux de la région de Québec, mardi

La CAQ prend Québec pour acquis, croient les libéraux

Les candidats libéraux de la région de Québec sont sortis en bloc mardi non pas pour prendre des engagements, mais pour promettre qu’ils seront plus actifs jusqu’au 1er octobre, déplorant une «campagne tranquille» à Québec.

Le candidat libéral dans Jean-Talon Sébastien Proulx croit que ses adversaires de la CAQ ont comme stratégie «de ne pas vouloir créer de bruit à Québec». «Il [François Legault] prend Québec pour acquis, ses candidats aussi.»

«Ils pensent qu’en restant sous le radar, ça va permettre à leur chef, notamment François Legault, de gagner l’élection à leur place. Le problème, c’est que les gens de Québec ne sont pas dupes», a-t-il lancé. 

Deuxième dans les intentions de vote dans la région, le PLQ n’a pas encore dévoilé de plate-forme d’engagements régionaux pour Québec. Il promet de le faire morceau par morceau, au cours des prochains jours. «On va l’accélérer notre campagne», promet M. Proulx. 

Pour les libéraux, le grand enjeu de la région de Québec demeure la pénurie de main-d’œuvre. Un enjeu pour lequel les solutions des caquistes «ne tiennent pas la route». 

«C’est un petit rappel à l’ordre, en disant aux adversaires: vous ne pouvez pas passer sous silence pendant 39 jours les solutions inadéquates que vous mettez sur la table», attaque M. Proulx.  Patricia Cloutier