François Legault

Gestion de l'État: François Legault dit qu'il ne veut pas «recommencer à zéro»

Si la Coalition avenir Québec (CAQ) formait le gouvernement après les élections d’octobre, elle ne ferait pas table rase sur la façon dont l’État est géré actuellement par les libéraux, a indiqué mardi le chef François Legault.

«Tout est une question d’équilibre. Souvent, les gouvernements, quand ils arrivent, ils mettent tout aux poubelles ce qui a été fait par les gouvernements précédents et ils recommencent à zéro», a déclaré M. Legault en conférence de presse à Laval.

«Moi, je ne veux pas recommencer à zéro.»

Le chef caquiste réagissait mardi à un article publié la veille, selon lequel M. Legault opterait pour la continuité dans la gestion de l’État advenant l’élection de la CAQ.

La Presse canadienne a appris qu’il n’y aurait pas de modification de structure, pas de nouveau ministère, ni d’abolition ou de fusion de ministères, pas de purge non plus au sein de la haute fonction publique.

M. Legault, qui fait campagne sur le thème du changement, dit vouloir «améliorer les choses» avec ses engagements phares, dont les maternelles à quatre ans et la révision des ententes avec les médecins.

«On va se concentrer sur quatre, cinq grands enjeux, mais pour ce qui est du reste, là, moi je ne veux pas tout changer et perdre deux ans à jouer dans les structures», a-t-il expliqué.

«Ce que je veux, c’est des résultats.»

De passage lui aussi à Laval, le chef libéral Philippe Couillard a accusé M. Legault de se «débarrasser» de ses opinions alors que l’élection arrive à grands pas.

«Alors, ils veulent devenir les plus ternes possible pour qu’on oublie leurs positions, a déclaré le premier ministre sortant. C’est un parti qui a déposé beaucoup de licornes devant les Québécois et qui est en train de les retirer une par une.»

Le SCF et le CSF pas menacés

La CAQ ne remet pas non plus en question le Secrétariat de la condition féminine et le Conseil du statut de la femme, malgré les propos vagues de la candidate Nadine Girault lors d’un débat organisé par le groupe Pour le droit des femmes (PDF-Québec).

Mme Girault se faisait demander si elle s’engageait à maintenir ces deux organismes tels qu’ils le sont actuellement.

«Moi, je ne peux pas dire oui ou non. Honnêtement, je ne le sais pas», a-t-elle soutenu.

«Je suis très consciente, par contre, des rôles très importants de ces organismes, a-t-elle ajouté. Je suis certaine que si jamais ces deux entités-là spécifiques ne sont pas maintenues, il y en a deux autres qui seront aussi solides et qui auront des missions similaires.»

Elle a conclu en disant qu’elle ne pouvait pas «s’engager formellement au nom de son parti».

Mais il n’en est pas question, selon M. Legault.

«On veut aller chercher 300 millions $ dans la révision de programmes, mais il n’y a aucune intention de toucher à ces deux secrétariats-là», a indiqué François Legault.  Avec Julien Arsenault