«Les citoyens de Louis-Hébert ont démontré qu’il n’y a plus de château fort libéral au Québec», a martelé François Legault devant une petite foule et une trentaine de candidats rassemblés pour le lancement de la campagne.

François Legault lance sa campagne électorale à Québec

C’est à Québec, dans la circonscription de sa candidate Geneviève Guilbault, que le chef caquiste François Legault a amorcé la campagne électorale, jeudi.

Un choix hautement symbolique, a-t-il reconnu, puisque l’élection partielle qui s’est déroulée dans  Louis-Hébert l’automne dernier a été le début «d’une grande vague de changement».

Geneviève Guilbault avait alors mis un terme au règne libéral de 14 ans dans cette circonscription.

«Les citoyens de Louis-Hébert ont démontré qu’il n’y a plus de château fort libéral au Québec, a martelé M. Legault devant une petite foule et une trentaine de candidats rassemblés pour le lancement de la campagne. [Ils] ont montré clairement qu’ils voulaient un parti proche de leurs préoccupations.»

Profitant du passage d’un train dans les environs, il a interrompu son point de presse pour s’exclamer : «Le train du changement qui arrive!»
La Coalition avenir Québec (CAQ) promet entre autres de réduire la taxe scolaire, de mieux gérer le réseau de la santé et de créer des emplois mieux rémunérés dans la province.

Elle est la seule formation politique à incarner le véritable changement, selon François Legault, car nul autre parti n’a réussi à mêler d’anciens souverainistes à des fédéralistes pour former une grande coalition.

Seule ombre au tableau jeudi : le désistement de la pdg du CHU de Québec, Gertrude Bourdon, au profit du Parti libéral du Québec (PLQ). Le chef caquiste a d’ailleurs passé la majeure partie de son point de presse à esquiver les questions sur Mme Bourdon.

S’il est élu le 1er octobre, M. Legault assure qu’une de ses priorités sera de rouvrir l’entente de rémunération avec les médecins spécialistes, de laquelle il espère recouvrer 1 milliard $.

Désistement regrettable

Le désistement de Mme Bourdon est «malheureux», a pour sa part déclaré le candidat de la CAQ dans Taillon, le neurologue Lionel Carmant.
«J’aurais aimé travailler avec Mme Bourdon si ça avait été elle qui était sélectionnée. Malheureusement ce ne sera pas elle, s’est-il désolé. C’était une bonne gestionnaire, maintenant on va trouver quelqu’un d’autre.»

Le prochain ministre de la Santé devrait idéalement être pdg d’un CIUSSS, a renchéri M. Carmant, quelqu’un qui a «un peu le même profil que Mme Bourdon».

Il estime que la CAQ compte d’excellents gestionnaires dans son équipe de candidats «qui peuvent prendre la relève» à la Santé, mais ne les a pas nommés.

La bataille électorale s’annonce féroce dans la grande région de Québec. La CAQ croit qu’il est possible de ravir aux libéraux les huit circonscriptions qu’ils détiennent, soit Chauveau, Charlesbourg, Montmorency, Jean-Talon, Portneuf, Vanier-Les-Rivières, Jean-Lesage et Charlevoix-Côte-de-Beaupré.

Après avoir fait un arrêt à Portneuf pour serrer des mains et servir de la poutine, M. Legault a terminé sa journée, jeudi, au centre-ville de Montréal.