Il est temps de passer de la parole aux actes dans le dossier de l’élargissement de la route 139, a martelé le député François Bonnardel, ajoutant que « la farce a assez duré ».

Élargissement de la 139: «On doit passer à l’acte», dit Bonnardel

Le député sortant de Granby, François Bonnardel, fera de l’élargissement de la route 139 son cheval de bataille pour l’élection. Il compte relancer le dossier au jour 1 d’un prochain mandat, s’il est réélu.

L’élargissement de la route 139 et le désengorgement du boulevard David-Bouchard dans le secteur du Zoo de Granby font l’objet d’engagements électoraux de la part de nombreux candidats, tous partis confondus, depuis plusieurs élections.

Mais il est temps de passer de la parole aux actes, a martelé M. Bonnardel, ajoutant que « la farce a assez duré ». « C’était un enjeu quand je suis entré en politique, il y a dix ans. On en parle encore en 2018 », déplore-t-il.

« On est la quatrième ville, après Montréal, Québec et Gatineau, en termes d’offre touristique. On a le Zoo, mais aussi les Voitures anciennes, le Challenger de tennis et le tournoi de soccer de Johnny Phaneuf, pour ne nommer que ceux-là... C’est plus d’un million de visiteurs qui viennent chez nous, mais on est la seule ville qui n’a pas de voie d’accès double », renchérit le député sortant.

Selon le candidat caquiste, la situation entraîne des enjeux touchant la sécurité routière, mais aussi le développement économique du parc industriel de la municipalité. « Si on ne s’y attaque pas maintenant, on va mettre un frein au développement de Granby, prévient le député M. Bonnardel. On ne peut pas attendre quatre ans de plus. »

D’autant plus, poursuit-il, que la circulation automobile est amenée à croître au cours des prochaines années, alors que Granby compte 7500 résidents de plus qu’en 2007, et que 792 000 visiteurs seront venus en ville cet été.

Être dans l’opposition depuis une décennie n’a selon le principal intéressé pas nui à l’avancement du dossier, qu’il compte régler dans un premier mandat si son parti est porté au pouvoir. Le député sortant déplore plutôt le manque d’écoute du ministère des Transports au dossier, sauf lors du passage de Robert Poéti à sa tête. « Mais quand il a été écarté, et remplacé par Jacques Daoust, le projet a été relayé aux oubliettes », ajoute François Bonnardel.

« On doit tout mettre sur la table dès le lendemain de l’élection. Je veux avoir un coût rapide du projet et un échéancier concret pour dire à la population qu’on prend cet enjeu au sérieux », promet le candidat qui, sans avoir d’estimation précise du coût de la mesure, s’attend à une facture de plusieurs millions de dollars.

M. Bonnardel compte aller plus loin que le simple élargissement de la route 139 entre l’autoroute 10 et la rue Dufferin. Il souhaite également se pencher sur l’élargissement du viaduc et de la sortie 68, à Saint-Alphonse-de-Granby. « Je veux le pouls complet de cette artère », dit-il.