Yvan Couture, Pierre Ménard et David Wright sont parmi les généreuses personnes qui offrent différents biens et service à la suite du décès de la fillette de sept ans. Le complexe funéraire Le Sieur organisera aussi gratuitement les funérailles de la fillette.

Élan de générosité pour offrir des funérailles dignes à la fillette

Le drame qui a entraîné le décès d’une fillette de sept ans de Granby laisse place à des gestes d’une grande générosité. De nombreux commerçants se mobilisent notamment pour offrir gratuitement des funérailles à la petite victime.

Le complexe funéraire Le Sieur a offert à la famille de la victime la prise en charge de l’organisation, sans frais, du salon et des funérailles qui se dérouleront en l’église St-Eugène, jeudi.

« Comme tout le Québec, on trouve ça épouvantable des situations comme celles-là, mentionne Éric Le Sieur, président du complexe funéraire. C’est triste de voir des choses qui se passent comme ça en 2019. Il y en a peut-être d’autres qui vivent des sévices et qu’on n’est pas au courant. »

La famille a exprimé le souhait d’avoir des moments privés lors des funérailles, mais les citoyens pourront offrir leurs condoléances à différents moments mercredi après-midi et en soirée, ainsi que jeudi matin, avant le service funèbre.

Cet élan de générosité gagne de nombreux commerçants de Granby et de la région. « Ça me touche beaucoup... », confie Pierre Ménard, propriétaire de Granite Granby, la voix nouée par l’émotion.

Père de trois filles, il a lui aussi été bouleversé par le décès de la fillette. L’homme a décidé d’offrir gratuitement un monument funéraire. Un entrepreneur en excavation, Yvan Couture, s’est joint à lui et offre à son tour la fabrication et l’installation d’une fondation en béton sur laquelle le monument pourra être déposé. « C’est un geste humanitaire », dit-il.

Pour sa part, l’un des responsables de l’église Unie de Granby, David Wright, qui est d’ailleurs responsable des cimetières Cowie et Pinewood — adjacent aux terres Miner— offre un lot pour l’enterrement, si tel est le souhait de la famille. « Lors d’une tragédie comme celle-là, c’est le moindre qu’on puisse faire », estime-t-il.

Plusieurs autres commerçants auraient aussi offert des services similaires à la famille.