Édith Gagnon estime que le dépôt de sa candidature dans le district six est la suite logique de son engagement dans différents organismes au cours des dernières années.

Édith Gagnon se présente dans le district six

Édith Gagnon s'intéresse à la politique municipale et est engagée auprès de différents organismes depuis plusieurs années. Déposer sa candidature à un poste de conseillère municipale n'est que la suite logique de son parcours, a affirmé mercredi celle qui tentera de se faire élire dans le district six, à Granby.
« Ça fait trois ans que je suis sur le conseil d'administration de l'Office municipal d'habitation de Granby. J'ai aussi siégé plusieurs années sur le c.a. de la Fondation du centre hospitalier. J'ai eu mon commerce durant 10 ans au centre-ville. Je faisais partie du c.a. du centre-ville (association de marchands). Alors, qu'est ce que tu fais après ? Tu te dis : la politique, pourquoi pas ? C'est un beau défi », relève la propriétaire de l'imprimerie Abil Express. 
Celle-ci affirme avoir décidé de faire le saut après qu'une de ses amies lui ait fait suivre un dépliant invitant les femmes à s'impliquer en politique. « J'ai été active durant 15 ans dans le Réseau des femmes d'affaires. Ça me rejoint. Environ 80 % des politiciens sont des hommes. Ça prend un équilibre. Ce n'est pas juste un monde d'hommes », fait-elle valoir. 
Incidemment, Édith Gagnon se mesurera à la conseillère sortante Denyse Tremblay. Mais elle affirme que c'est circonstanciel, car bien qu'elle habite le district trois, c'est dans le six qu'elle souhaitait déposer sa candidature. Elle affirme avoir grandi à deux pas du secteur, y avoir des attaches et apprécier le caractère familial du district. 
Un troisième candidat, Rénald Perreault est aussi dans la course. 
Entendre
Édith Gagnon n'a, pour l'instant, aucune idée précise des enjeux et des préoccupations du district. Elle entend les découvrir lors des rencontres porte-à-porte qu'elle entreprendra sous peu. 
Une étape qu'elle est loin de redouter. Elle se définit comme « accessible », proche des gens et motivée par le désir « d'aider les autres ». « Je ne veux pas juste écouter : je veux entendre ce que les gens ont à dire », dit-elle. 
Celle qui dit privilégier l'achat local se définit comme « une fille d'équipe », qui va « jusqu'au bout » de ce qu'elle entreprend et qui est disponible. Elle se dit aussi prête à s'engager à fond dans le travail, si elle est élue.
Depuis qu'elle a décidé de déposer sa candidature, Édith Gagnon affirme ne pas avoir eu une seconde de regret. Elle estime qu'elle sera à sa place à la table du conseil, si elle est élue. 
Dotée d'un large réseau de contacts, l'entrepreneure dit par ailleurs ne pas se lancer seule dans cette aventure. Elle souligne pouvoir compter sur une équipe, constituée de plusieurs des gens qu'elle côtoie.
D'ici au 5 novembre, elle souhaite que les résidants du district six apprennent à --[la] connaître. Son but est aussi de « faire sortir » le vote. C'est un « droit » dont elle encourage tous les citoyens à se prévaloir. « Il y en a qui disent qu'ils ne veulent pas aller voter parce que ça ne change rien. Mais ce n'est pas vrai », est-elle convaincue.