Édith Blais serait en vie, selon Justin Trudeau

La Québécoise Édith Blais, disparue au Burkina Faso depuis la mi-décembre, serait toujours en vie, selon le premier ministre Justin Trudeau.

«Avec tout ce que je sais jusqu’à présent, on ne m’a pas dit autre chose qu’on croit qu’elle est en vie», a-t-il affirmé en point de presse, vendredi après-midi, à l’issue de la retraite de son cabinet à Sherbrooke.

L’inquiétude sur le sort de la femme de 34 ans avait monté d’un cran après la mort du Canadien Kirk Woodman, enlevé mardi dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

«Nous comprenons à quel point c’est une situation épouvantable pour la famille Blais, pour la communauté, pour les Canadiens à travers le pays qui sont préoccupés par cette situation terrible», a-t-il dit.

M. Trudeau est toutefois demeuré vague sur les gestes concrets que le Canada peut poser pour tenter de retrouver Édith Blais.

«Une des responsabilités fondamentales de tout gouvernement, c’est d’assurer la sécurité des Canadiens où qu’ils soient dans le monde et nous allons continuer de travailler dans la région, à travers le monde pour assurer la sécurité que ce soit du travail diplomatique avec nos alliés ou autres, a-t-il dit. Nous allons tout faire pour garder les Canadiens en sécurité.»

La ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, et sa collègue aux Affaires étrangères, Chrystia Freeland, ont rencontré la mère et la soeur de Mme Blais en début de journée à Sherbrooke en marge de la retraite du cabinet.

Mme Bibeau est demeurée avare de détails à la sortie de sa rencontre avec la famille. Édith Blais, qui était en voyage au Burkina Faso avec son copain italien Luca Tacchetto, n’a pas donné de nouvelles depuis le 15 décembre.

«Toutes les options sont encore sur la table», a-t-elle répondu lorsqu’une journaliste lui a demandé si le gouvernement pouvait écarter la thèse de l’enlèvement.

«Je vous dirais que ça été une conversation qui était très «entre mamans», a résumé la ministre visiblement ébranlée. On a beaucoup parlé d’Édith. Ce sont deux femmes extraordinaires qui sont très fortes et je crois qu’elles sont rassurées à l’effet que notre gouvernement fait ce qui doit être fait dans de telles circonstances.»

La mère et la soeur de Mme Blais n’ont pas souhaité s’adresser aux médias vendredi à leur arrivée et à leur sortie de la rencontre.

Mercredi, le gouvernement du Burkina Faso disait considérer qu’Édith Blais et son compagnon de voyage avaient été enlevés, mais le gouvernement canadien refuse de révéler quelque information que ce soit de peur de mettre la sécurité du couple en danger.

Mme Blais et son ami ont été vus pour la dernière fois à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville en importance du Burkina Faso, et avaient prévu de se rendre dans la capitale, Ouagadougou, avant de traverser la frontière avec le Togo. Mme Blais avait prévu de travailler avec une organisation qui tentait de reboiser des régions du Togo.

Kirk Woodman, un géologue originaire d’Halifax, a été retrouvé mort, le corps criblé de balles, tard mercredi. Il travaillait pour la société minière vancouvéroise Progress Mineral et se trouvait sur un site minier de Tiabongou, à environ 20 kilomètres de Mansila, dans la province du Yagha, lorsqu’il a été enlevé par des extrémistes.

Affaires mondiales Canada recommande sur son site web d’éviter «tout voyage non essentiel au Burkina Faso en raison de la menace terroriste». Il est particulièrement risqué de s’aventurer près des frontières du pays avec le Mali, le Niger, le Bénin et le Togo de même que dans le parc national du W.