Quatre cas de grippe ont été diagnostiqués au CHG.

Éclosion de grippe: des mesures «exceptionnelles» au CHG

Alors que l’urgence du Centre hospitalier de Granby (CHG) est en surcapacité, l’établissement est aux prises avec une éclosion de grippe sur deux unités. La situation est à ce point précaire qu’un second site de débordement a dû être ouvert jeudi soir, a appris La Voix de l’Est.

Au total, quatre cas d’influenza ont été diagnostiqués. Deux patients ayant contracté la grippe sont dans l’aile ouest de l’unité de médecine au 5e étage. L’éclosion y a été déclarée mercredi. Les deux autres personnes sont hospitalisées en chirurgie (6e étage ouest) depuis lundi. « Les patients concernés sont en isolement pour éviter la propagation du virus », a indiqué Geneviève Lemay, responsable des communications au CIUSSS de l’Estrie. On parle d’influenza de type A, une souche commune pour ce virus.

Les visites dans les unités où les gens infectés sont en quarantaine sont restreintes à une personne par patient, a précisé l’organisation. Plusieurs mesures de prévention sont en place afin de stopper la propagation du virus.

On met notamment l’accent sur l’hygiène des mains, le port du masque pour le personnel et les visiteurs, l’augmentation de la fréquence de désinfection du matériel et des surfaces ainsi que la présence et le soutien accrus de l’équipe de prévention des infections, a souligné la porte-parole du CIUSSS. Selon les données de l’organisation, du 30 décembre au 5 janvier, 98 cas d’influenza ont été enregistrés en Estrie. Durant cette période, les Réseaux locaux de services (RLS) La Pommeraie et Haute-Yamaska ont cumulé respectivement 11 et deux cas de grippe.

Nouvelle unité

Selon nos informations, une nouvelle unité de débordement a dû être ouverte en soirée jeudi dans la salle Yamaska, au sous-sol de l’hôpital, afin de pouvoir y accueillir jusqu’à cinq patients. Ce qu’a corroboré le CIUSSS de l’Estrie. Or, ce local est entre autres dédié à des réunions ou à des conférences de presse. Les équipements médicaux y sont quasi inexistants. « C’est incroyable. Pourquoi a-t-on décidé de placer des gens dans un endroit aussi mal adapté ? Sans compter que c’est loin des autres unités de soins », a déploré une de nos sources.

Appelée à commenter les tenants et aboutissants de ce choix, Nathalie Schoos, adjointe à la directrice des soins infirmiers au CIUSSS de l’Estrie, a concédé que ce site « non traditionnel » n’est pas idéal, mais « mieux qu’un corridor ». « On anticipait que le début de janvier allait être plus difficile côté achalandage et disponibilité de personnel. À cela s’ajoute le fait que l’on a beaucoup d’hospitalisations de patients à Granby. Ça fait en sorte que l’hôpital est engorgé. »

À 16h jeudi, l’urgence de Granby était occupée à 140 % avec 28 civières comblées sur une capacité de 20. Du nombre, 13 patients étaient à l’urgence depuis
24 heures ou plus et une y était alitée depuis au moins deux jours, tandis que 15 personnes étaient en attente d’hospitalisation. Au même moment en Estrie, seuls les deux hôpitaux de Sherbrooke (Fleurimont et Hôtel-Dieu) étaient aux prises avec une situation similaire.

Selon Mme Schoos, les effectifs du CHG n’avaient plus de marge de manoeuvre pour admettre de nouveaux patients. « On a utilisé jusqu’ici tous les endroits disponibles en débordement, a-t-elle expliqué. [...] La situation s’est corsée avec l’éclosion d’influenza sur deux unités de soins, car on ne peut pas mettre la clientèle non infectée près de patients ayant la grippe. »

Notons que le CHG dispose déjà d’un premier site de débordement de 10 lits. En ajouter un second est « une première », a mentionné l’adjointe à la directrice des soins infirmiers. Elle a toutefois assuré qu’en aucun temps la sécurité des patients ne serait compromise. « La salle Yamaska sera adaptée avec du matériel médical que l’on a en surplus. On va y admettre des gens qui ne sont pas instables médicalement ou qui ont besoin de soins intenses. [...] Les usagers ne seront pas laissés seuls. On installera un poste infirmier à proximité. »