L'école Saint-Jean-Baptiste, à Roxton Falls, a été fermée vendredi en raison d'une éclosion de gastroentérite.

Éclosion de gastroentérite: l'école de Roxton Falls fermée

L'école Saint-Jean-Baptiste de Roxton Falls et son service de garde ont été fermés jeudi soir en raison d'une éclosion de gastroentérite. La décision a été prise à cause de l'ampleur de l'éclosion.
Ce genre de décision est prise par la commission scolaire lorsque près de 40 % des élèves et du personnel sont atteints du virus. Il s'agit d'une situation très rare.
« Jeudi, on a décidé de fermer parce qu'on s'est rendu compte au bout de deux journées [où l'éclosion grandissait] qu'on était à près de 40 % », explique Sagette Gagnon, régisseuse aux communications de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH).
Selon le Journal de Montréal, 16 élèves sur un total de 38 manquaient à l'appel dans deux des classes de l'école, qui compte environ 230 élèves. Une élève rapporte même que seulement huit enfants étaient présents dans sa classe plutôt- que 19 !
Aux couches !
Interrogée par La Voix de l'Est, une mère de famille qui est allée chercher sa fille jeudi midi à l'école parce que celle-ci se sentait mal a dit avoir croisé un concierge « découragé par la situation ».
 « Il m'a juste dit : "je ne comprends pas pourquoi les élèves portent des couches au lieu de rester à la maison". J'ai donc décidé de prendre toutes les affaires de mes enfants et j'ai averti la secrétaire qu'ils ne seraient pas présents vendredi. »
Quelques heures plus tard, la CSSH prenait la décision de fermer l'école. « On écrit un courriel à tous les parents et, s'ils ne sont pas joignables par courriel, on va les appeler directement. On l'annonce également sur nos médiums d'information, à la radio et tout ça pour que les parents soient au courant de la fermeture de l'école », indiquait vendredi Mme Gagnon.
La directrice de l'école primaire était sur place pour s'assurer qu'aucun enfant ne se bute aux portes fermées.
Désinfecter
Certains parents ont commenté la situation sur Facebook puisqu'ils devaient trouver une solution pour faire garder leurs enfants au dernier moment. La fermeture du service de garde venait effectivement compliquer les choses, admet Mme Gagnon, mais elle était nécessaire.
En fermant l'école, une équipe est à même de désinfecter de fond en comble l'école et le service de garde sans que, le lendemain, des enfants encore contagieux reviennent l'infecter de nouveau. Un expert était d'ailleurs déjà à l'oeuvre jeudi après la fin des classes. 
« On attend la suite avec la Santé- publique, avec qui on est en communication. Il y a la semaine de relâche qui commence et la désinfection va permettre un retour à la normale dans l'école », affirme-t-elle.