Christiane Houde, une résidante de longue date à Lac-Brome, est d'avis que les représentants de la Ville sont à l'écoute des besoins des citoyens et prendront les moyens pour remédier le plus rapidement possible au problème d'eau potable.

Eau potable à Lac-Brome : Ras-le-bol dans la communauté

Les répercussions des problèmes d'eau potable auxquels est confrontée la municipalité de Lac-Brome commencent à peser lourd dans le quotidien de la communauté, qui doit se soumettre à un avis d'ébullition depuis plusieurs semaines en raison de la contamination d'un des puits qui dessert le réseau d'aqueduc.
«Verglas, pannes de courant et maintenant, faire bouillir l'eau. C'est l'enfer!», clamait Anne Vanherck, une résidante de Lac-Brome, qui s'affairait à remplir une cruche dans une distributrice d'eau au supermarché avec sa fille Megan. La mère de famille dit préférer acheter de l'eau plutôt que de la faire bouillir. Cette décision comporte toutefois quelques irritants. «Faire la cuisine avec des bouteilles d'eau, ça peut aller, mais quand vient le temps de se brosser les dents par exemple, c'est plutôt désagréable. Il y a aussi le fait que nous devons toujours envoyer de l'eau aux enfants à l'école. Ça devient un casse-tête, mais on s'y fait parce que c'est un problème qui revient souvent ici», indique-t-elle.
Rappelons que les citoyens doivent se soumettre à un avis d'ébullition émis le 6 décembre après que deux tests de routine ont révélé que le puits Jolibourg, qui génère 18% de la totalité de l'eau du réseau d'aqueduc de la municipalité, contient une trop grande concentration de coliformes fécaux. Plusieurs solutions ont été envisagées, notamment celle d'augmenter la production de deux autres sources existantes pour fermer le puits problématique.
Tous les détails dans notre édition de mardi