Adam Dyczka croit pouvoir livrer un message de persévérance aux jeunes.

Dyczka veut parler de persévérance

L’athlète Adam Dyczka est prêt à aller à la rencontre des jeunes avec le maire de Granby, Pascal Bonin, pour leur livrer un témoignage de persévérance, a-t-il confirmé jeudi à La Voix de l’Est.

Adam Dyczka s’est dit « flatté » de la proposition du maire. « Ça fait du bien de savoir que j’ai un appui et du support. Il n’y aura peut-être pas juste du négatif de ça... », a-t-il commenté d’emblée.

Pascal Bonin a incité le jeune sportif, au lendemain de l’annonce de sa suspension pour dopage, à transformer cette « erreur de parcours » pour en faire quelque chose de positif. Il l’a invité du même souffle, par l’entremise des réseaux sociaux, à l’accompagner dans les écoles pour parler aux jeunes de dépassement de soi et de sports.

« Le but du message, c’est de lui dire : “T’as fait une gaffe, il n’y a rien là. Relève-toi et viens nous montrer de quoi tu es fait. Pas juste dans un ring, mais dans ta communauté” », a fait valoir le maire. 

Adam Dyczka entend bien saisir cette opportunité. Il a été suspendu pour avoir fumé un joint deux semaines avant le combat qui lui a permis, en décembre dernier, d’être couronné champion des poids lourds de TKO MMA, la plus importante organisation en arts martiaux mixtes au Canada. Il souhaite maintenant rencontrer la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec, dès la semaine prochaine, afin de régler son dossier le plus rapidement possible. 

Objectifs  

L’athlète affirme ne pas prendre à la légère ce qui lui est arrivé. Et il entend apporter des changements à sa vie afin de pouvoir atteindre ses objectifs. « C’est sûr qu’il faut ajuster des choses. Mais je suis rendu là », dit-il. 

« Il n’y a pas une soirée à avoir du fun ou à relaxer avec mes chums qui vaut ma carrière. Je vais faire ce qu’il faut pour continuer à combattre dans la vie », ajoute-t-il. 

Adam Dyczka affirme ne pas être du genre à baisser les bras devant les épreuves. Et c’est le message qu’il croit pouvoir livrer aux jeunes dans le cadre des rencontres avec le maire Bonin. 

« On peut toujours réparer les torts qu’on fait. Il ne faut pas se laisser abattre et abandonner à la première embûche. Il faut être capable de se regarder dans le miroir et se demander ce qu’on veut vraiment. Moi, j’ai un but en tête et je travaille pour ça, même s’il y a des jours où on a l’impression qu’on avance un peu moins. J’ai fait une erreur. J’ai fait le cave. C’est à moi de réparer ça », laisse-t-il tomber. 

Adam Dyczka entend donc « prouver au monde » qu’il saisira l’occasion qui lui est offerte pour « revenir encore mieux » qu’il était.