Les conseillers de la Ville de Dunham ont appuyé de façon unanime la Déclaration d’urgence climatique.

Dunham appuie la Déclaration d'urgence climatique

La Ville de Dunham a posé un geste prometteur pour l’avenir, mardi. Lors du conseil de ville, les conseillers ont appuyé unanimement la Déclaration d’urgence climatique, une décision qui emboîte le pas à 150 villes et villages du Québec.

Une quarantaine de Dunhamiens ont convergé vers la séance du conseil pour soutenir cette initiative citoyenne. Demandant à la municipalité de les épauler dans cette démarche, les personnes qui ont lu la déclaration d’urgence climatique (DUC) ont été accueillies par de chaleureux applaudissements.

« Nous faisons face au plus grand défi de l’histoire, celui de la survie de l’espèce humaine. Face à un défi aussi colossal, nous avons deux choix. Nous pouvons nous dire impuissants, déjà vaincus devant les efforts à consacrer ou nous pouvons nous relever les manches et passer à l’action. Ce soir, nous demandons aux membres du conseil de ville de faire partie du deuxième camp. Le camp de la vie, de l’espoir, de l’innovation et de l’avenir », ont expliqué les citoyens par l’entremise d’une lettre qui a été lue devant le conseil.

En entrevue avec La Voix de l’Est, Pierre Janecek, le maire de Dunham, a reconnu l’urgence d’agir. « On ne peut pas passer à côté de ça, on doit tous embarquer dans le même bateau pour voir un changement. »

La DUC, rédigée par des militants environnementalistes, stipule que « seules la reconnaissance de l’état d’urgence climatique et la mise en place de plans de transition d’urgence peuvent contrer un effondrement économique, une crise de santé publique, une pénurie alimentaire mondiale, un anéantissement de la biodiversité, et des crises de sécurité nationales et internationales d’ampleur sans précédent ». « Il est trop tard pour une transition graduelle », peut-on aussi lire dans le document.

Dans cette optique, les citoyens ont manifesté leur intérêt d’identifier des moyens concrets afin de réduire l’empreinte écologique locale.

« On ne peut pas prôner seulement la sensibilisation ou une transition graduelle qu’on fait depuis des années. Face à l’état de crise climatique, on doit poser des actions concrètes et chacun de nous doit s’investir. [...] Ça veut dire réduire l’utilisation de la voiture, trouver des nouvelles façons de s’alimenter, de faire du commerce », estime Maude Ménard-Dunn, l’une des sept citoyennes qui ont porté la déclaration au conseil.

« Nous pensons aux oiseaux migrateurs qui disparaîtront du lac Selby, aux assèchements des puits durant l’été, aux légumes qui pousseront difficilement, aux vignes qu’il faudra arracher, aux hommes et aux femmes qui perdront leur emploi », peut-on lire dans la lettre rédigée par des citoyens de Dunham.

Comité environnement

Un comité de travail en environnement sera ainsi mis sur pied pour proposer des mesures écologiques aux résidents de Dunham. Un tel comité existait déjà depuis quelques années. Il s’est occupé de se pencher sur le pipeline il y a sept ans. Mme Dunn explique que le nouveau comité travaillera de pair avec les gens déjà impliqués. « Le but est de donner une nouvelle impulsion », mentionne-t-elle.

Le comité devrait être constitué de citoyens, d’élus, et d’acteurs économiques comme des commerçants. « Pour l’instant, c’est l’idée qui est lancée. La condition du comité n’est pas encore établie », a laissé entendre Mme Ménard-Dunn. « On veut avoir des nouveaux et des jeunes qui s’intéressent à l’environnement », a pour sa part souligné le maire.

Parmi les mesures qui pourraient être proposées, Mme Dunn donne en exemple le développement d’un corridor de transport actif et l’interdiction des sacs de plastique. « C’est ce type de mesure qu’on souhaite voir implanter », a-t-elle dit. Nous, à Dunham, on veut que ça bouge, on ne veut pas regarder le train passer. L’économie entière, le tourisme et l’agriculture reposent sur mère Nature. Si on fait juste se fermer les yeux sur les changements climatiques, ça va être notre économie qui va s’en ressentir drôlement. »

Selon le maire, on compte pas moins de 160 agriculteurs, vignerons et apiculteurs dans la région de Dunham.

Lors de dévoilement de son budget à la fin du mois de novembre, la Ville dévoilera le montant accordé au comité en environnement.

Le 13 septembre dernier, en pleine campagne électorale, le Parti québécois, Québec solidaire et le Parti vert avaient signé la Déclaration citoyenne d’urgence climatique. Le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec s’étaient abstenus.