Marie-Lou Gadoury-Campbell organise un tournoi de volleyball et un grand tirage au sport pour soutenir l’Hôpital de Montréal pour enfants dans le cadre d’un projet scolaire.

Du sport contre le cancer

Elle avait douze ans lorsque son jeune frère est tombé malade. Sa vie, comme celle de sa famille, a alors été chamboulée. Aujourd’hui âgée de 16 ans, Marie-Lou Gadoury-Campbell, la grande sœur de Jean-Gilles Gadoury, veut amasser des fonds pour l’hôpital qui a sauvé son frère.

Pour son projet de fin d’études secondaires au Programme d’études internationales à la polyvalente Jean-Jacques-Bertrand, à Farnham, la Bedfordoise devait choisir un sujet qui lui tenait à cœur.

« La première chose qui m’est venue en tête, c’est que mon petit frère a eu la leucémie deux fois, raconte l’adolescente en entrevue. Donc pourquoi pas essayer de faire en sorte que les parents n’aient plus jamais à vivre la peur de perdre un enfant [à cause de la maladie]. Je me suis dit que si je pouvais faire quelque chose à ma façon pour soutenir cette cause-là, ce serait une bonne chose. »

Marie-Lou a décidé de combiner le volleyball, un sport qu’elle aime beaucoup, avec la cause qu’elle endosse. Un tournoi de volleyball avec des équipes intermédiaires mixtes et compétitives mixtes aura ainsi lieu à son école secondaire le 13 janvier. « Pour le tournoi de volleyball, ce que je trouvais le fun c’était de l’ouvrir à tous. Des jeunes vont pouvoir jouer contre des adultes de même niveau, ce qui normalement ne se fait pas dans un tournoi », renchérit la jeune femme.

Les fonds amassés grâce aux inscriptions des équipes, mais aussi avec la vente de billets pour un tirage d’une centaine de prix provenant d’une trentaine de commerçants partenaires de la région, seront remis à l’Hôpital de Montréal pour enfants pour la recherche en oncologie pédiatrique.

Le tirage au sort permettra d’aller rejoindre des gens qui ne jouent pas au volleyball, mais qui souhaitent quand même soutenir son initiative.

« Mon objectif est de sensibiliser les gens et d’amasser des fonds pour pouvoir permettre de faire avancer la recherche », souligne-t-elle. Elle espère amasser plus de 2000 $.

Pour toute information supplémentaire sur le tournoi, il suffit de chercher « Venez smasher contre le cancer ! » sur Facebook.

À LIRE AUSSI: Le combat de Jean-Gilles recommence

« Quelque chose de rassembleur »

Lorsque Jean-Gilles est tombé malade, Marie-Lou avait 12 ans. Leur grand frère en avait 16. « Ma mère est partie de la maison [pour accompagner Jean-Gilles, malade]. Il restait mon frère et moi. C’est sûr que ça nous a beaucoup affectés. Il a fait une rechute quand j’avais 14 ans, je crois. Ça m’a beaucoup fait réfléchir. Je pense que ça m’a fait grandir aussi. »

En choisissant son projet, elle en a fait part à son petit frère. « C’est sûr qu’il a été très touché. Il a pleuré et m’a fait un câlin. Il était vraiment content. Il m’a dit que s’il pouvait m’aider, il allait tout faire. Mon grand frère a lui aussi trouvé que c’était une bonne idée et va m’encourager. Il va se monter une équipe. Toute ma famille va être là. C’est quelque chose de rassembleur. »

La maladie de Jean-Gilles a eu ceci de positif que les liens entre les trois frères et sœur et leur mère sont indestructibles. Marie-Lou croit que la force de la famille leur a permis de passer au travers de l’épreuve.

Elle souhaite également se diriger vers des études en médecine et idéalement, en oncologie.