Des dizaines d’employés et sympathisants avaient manifesté le 19 février leur désarroi quant au manque de personnel à Villa-Bonheur.

Du renfort au CHSLD Villa-Bonheur

Le cri du cœur lancé il y a quelques jours par des dizaines d’employés du CHSLD Villa-Bonheur, à Granby, ainsi que plusieurs sympathisants semble avoir trouvé écho au CIUSSS de l’Estrie. Des cadres ainsi que des effectifs médicaux d’autres établissements sont arrivés en renfort le week-end dernier.

« Il y a eu un appel à tous [au niveau] de nos gestionnaires cliniques. [...] Des cadres ont répondu à l’appel pour prêter main-forte à des équipes en manque de personnel », a indiqué à La Voix de l’Est Geneviève Lemay, responsable des communications au CIUSSS de l’Estrie.

Au total, trois gestionnaires sont venus travailler auprès des résidents de Villa-Bonheur pour « combler des quarts de travail ». Du personnel provenant d’autres installations en Estrie, notamment à Magog, a fait de même, a confirmé la porte-parole. Ces effectifs ont été payés en temps supplémentaire durant leur déplacement. Ils ont également été rémunérés pour leur kilométrage, étant donné que leur « port d’attache » n’était pas dans le réseau local de services de la Haute-Yamaska.

Situation critique

Rappelons que la situation est critique depuis plusieurs mois au centre d’hébergement. « Sur 99 résidents, près de la moitié n’ont pas eu de bain depuis environ trois semaines. Dans certains cas, ça fait plus d’un mois. [...] On est carrément débordés et on passe notre temps à éteindre des feux », avait confié la semaine dernière l’infirmière auxiliaire Nancy Mathieu.

La Voix de l’Est a obtenu copie de l’horaire de la semaine du 17 au 23 février à Villa-Bonheur. Au cours de cette période, les préposés aux bénéficiaires (PAB) manquants variaient entre deux à huit par jour. La semaine précédente était similaire. Le ministère de la Santé demande un ratio d’un PAB pour six à sept usagers en CHSLD de jour.

Parmi les pistes de solutions que préconise le CIUSSS de l’Estrie figure l’embauche dès l’été prochain, comme PAB, d’étudiants de première année à la technique en soins infirmiers, avait indiqué Stéphane Tétreault, directeur adjoint des ressources humaines au CIUSSS de l’Estrie. Un projet d’alternance « travail-étude » pour les PAB est également dans les cartons au Centre régional intégré de formation (CRIF) à Granby.