Le maire de Granby et président de la Corporation d’aménagement récréotouristique de la Haute-Yamaska (CARTHY), Pascal Bonin.
Le maire de Granby et président de la Corporation d’aménagement récréotouristique de la Haute-Yamaska (CARTHY), Pascal Bonin.

Du monde comme jamais sur le réseau de l’Estriade cet été

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
La pandémie n’a pas que des désavantages. Elle incite les gens à prendre l’air comme jamais. Nombreux sont ceux qui ont enfourché leur vélo cet été, si l’on se fie au bilan de la saison 2020 de l’Estriade et son réseau. Le nombre de passages y a atteint 1 048 032, soit plus du double de l’an dernier.

Pourtant, 2019 avait été la meilleure saison enregistrée sur le réseau, avec 514 870 passages. « C’est énorme », a fait remarquer le président de la Corporation d’aménagement récréotouristique de la Haute-Yamaska (CARTHY), Pascal Bonin, lors du dévoilement, lundi après-midi, de ces chiffres records. L’organisme s’occupe de l’entretien, de la patrouille et de la gestion de l’Estriade et son réseau, grâce au soutien financier de la MRC de la Haute-Yamaska. 

« On a vu avec la COVID une hausse très importante pour l’engouement du vélo cette année. On a franchi un cap mémorable en matière d’achalandage », a affirmé M. Bonin. Ç’a été un exutoire pour plusieurs. On s’en est servi beaucoup en Haute-Yamaska pour aider à la santé mentale des gens. On a la preuve que cette infrastructure a énormément servi. »

Ce dernier a aussi noté une hausse marquée des vélos à assistance électrique sur le réseau cyclable. L’utilisation de ce type de vélo a, selon lui, contribué à ce fort achalandage. 

Ces chiffres ont semblé surprendre tout le monde, à commencer par les principaux intéressés. « Je n’aurais jamais pensé dire qu’un jour, on aurait plus de passages qu’au Zoo de Granby… », a glissé Pascal Bonin. 

Il a par ailleurs levé son chapeau au directeur de la CARTHY, Gaétan Bergeron, et son équipe de patrouilleurs, qui ont dû composer avec « une année difficile à certains moments ». Les consignes de distanciation et l’interdiction d’attroupements n’ont pas toujours été aisées à appliquer, en raison du grand nombre de cyclistes présents sur le réseau. « Mais il n’y a pas eu d’incidents majeurs », a assuré le maire de Granby.

Bien que les données officielles ne soient pas encore disponibles, la CARTHY avance que la majorité des utilisateurs constituaient une clientèle locale, à laquelle se sont ajoutés des excursionnistes d’un jour en visite en Haute-Yamaska.   

Un défi pour l’an prochain

Devant cette «surcharge» d’usagers, il sera plus que jamais nécessaire de revoir leur répartition pour que l’expérience cycliste demeure la meilleure au Québec, a laissé entendre M. Bonin.

Pour y arriver, les maires de la Haute-Yamaska se pencheront, cet automne, sur un plan stratégique visant l’amélioration du réseau de l’Estriade. L’intersection problématique de la route 112 sera notamment abordée, a rappelé le préfet de la MRC de la Haute-Yamaska, Paul Sarrazin. On sait que l’aménagement d’une passerelle ou d’un tunnel, de feux de circulation ou d’un îlot central figurent dans la liste des solutions permanentes étudiées par le ministère des Transports dans ce dossier.

«Prochainement, on aura sûrement des nouvelles à vous annoncer à ce sujet», a-t-il assuré.

D’autres solutions pourraient également être envisagées pour désengorger le réseau. Relier la municipalité de Sainte-Cécile-de-Milton au territoire de Granby pourrait en être une. Tout comme compléter la boucle de l’Estriade avec le parc de la Yamaska pour un circuit de 50 kilomètres asphaltés. Élargir certaines voies est une autre option.

«Et l’utilisation sur quatre saisons sera un incontournable. Déjà, on est interpellés», a ajouté M. Sarrazin.

À la demande de nombreux citoyens, plus de tronçons pourraient ainsi être entretenus dès cet hiver. 

«L’aide gouvernementale est disponible pour bonifier nos infrastructures, alors pourquoi ne pas en profiter?» a conclu le préfet.  

Le dépôt du plan stratégique est prévu pour décembre 2020.