Environ une vingtaine de résidants du secteur de la rue de l’Iris, où vit Raynald Beauvais, viennent récupérer leur correspondance à cette boîte postale communautaire­. Certains de ses voisins sont âgés et ont une santé précaire, précise le Granbyen âgé de 84 ans. L’accessibilité réduite à la boîte postale peut être problématique pour ces destinataires plus vulnérables.

Du courrier difficile à ramasser!

Le déneigement déficient d’une boîte postale communautaire donne du fil à retordre à certains résidants du secteur de la rue de l’Iris.

Insatisfait de l’entretien de la boîte aux lettres, Raynald Beauvais dit s’être présenté deux fois au bureau de poste pour se plaindre à une superviseure. Malgré le fait que ses doléances aient été prises au sérieux, le problème a persisté, si bien que le Granbyen de 84 ans a contacté la société d’État par téléphone.

« Il fallait laisser un message avec notre nom, notre adresse et notre numéro de téléphone, faute de quoi on ne nous rappellerait pas », raconte l’octogénaire qui, malchanceux, n’a pas obtenu de retour d’appel.

Il s’est donc déplacé une troisième fois au bureau de poste pour faire part de son mécontentement à un autre employé de Postes Canada, qui lui a assuré que tout cela ne se reproduirait plus.

Pourtant, peut-on constater, d’autres boîtes aux lettres du même genre ailleurs dans le quartier sont bien dégagées; celles-ci, contrairement à celle qu’utilise M. Beauvais, ont été remplacées par de nouvelles installations plus modernes et plus faciles à entretenir.

Et pourtant, encore lundi, un important amoncellement de neige l’empêchait de se rendre de façon sécuritaire à sa case postale. « J’en avais jusqu’aux genoux, commente-t-il. Je mesure six pieds et mon casier, pour mal faire, est celui qui se trouve tout en bas. Je suis donc obligé d’escalader le banc de neige et de me pencher pour aller chercher mon courrier. »

Environ une vingtaine de résidants du quartier viennent récupérer leur correspondance à cet endroit. Certains des voisins de M. Beauvais sont âgés et ont une santé précaire, précise le Granbyen. L’accessibilité réduite à la boîte postale communautaire peut être problématique pour ces destinataires plus vulnérables.

Pourtant, peut-on constater, d’autres boîtes aux lettres du même genre ailleurs dans le quartier sont bien dégagées ; celles-ci, contrairement à celle qu’utilise M. Beauvais, ont été remplacées par de nouvelles installations plus modernes et plus faciles à entretenir.

« À mon avis, l’employé de Postes Canada déneige le devant des boîtes avec un camion muni d’une pelle, suppose M. Beauvais. Mais comme la mienne est un vieux modèle, avec des pattes encastrées dans le sol, il faudrait qu’il sorte avec une pelle pour finir le travail. »

Une responsabilité prise « très au sérieux »

La Voix de l’Est a communiqué avec Postes Canada, lundi. Nous avons d’abord laissé un message dans la boîte vocale des superviseurs du bureau de poste de Granby, après quoi nous avons formulé une requête auprès du service des relations avec les médias de la Société d’État.

« Merci de nous avoir signalé cette situation sur la rue de l’Iris à Granby. Nous nous occuperons du déneigement de ces boîtes aux lettres communautaires aujourd’hui. Postes Canada est responsable de l’entretien depuis plus de 30 ans, et elle continue de prendre cette responsabilité très au sérieux. Nous nettoyons la zone devant la boîte aux lettres et, si un chasse-neige passe par la suite, nous renvoyons une équipe pour nettoyer le site de nouveau », nous a répondu Sylvie Lapointe, par courriel, en fin d’avant-midi.