Le logiciel est utilisé par de nombreuses municipalités et organismes de la région pour gérer les inscriptions aux activités de loisirs.

Données personnelles accessibles via Sport-Plus : pas de cas dans la région

Aucun citoyen de la région n’aurait été victime d’un vol de ses données personnelles via la plateforme Sports-Plus, dont une faille de sécurité aurait permis d’avoir accès aux informations fournies par plusieurs personnes lors de leur inscription à des activités de loisir.

Le Journal de Montréal rapportait mardi que les données personnelles de plus de 130 000 personnes, dont leur numéro d’assurance sociale et leurs coordonnées, avaient été accessibles via une faille du logiciel Sports-Plus. Selon le quotidien montréalais, il suffisait de modifier l’URL du site pour avoir accès aux données de milliers d’autres utilisateurs de la plateforme, qui est utilisée dans la région par les municipalités de Rougemont, Ange-Gardien, Bromont, Saint-Liboire, Saint-Pie, Valcourt et Waterloo, de même que le Club de gymnastique Les Hirondelles de Granby.

La plateforme en question permet entre autres à ses clients de gérer leurs plateaux sportifs — et l’équipement —, le personnel, les inscriptions des citoyens aux différentes activités sportives et de loisirs et le paiement de celles-ci.

Il appert en fin de compte que les informations n’ont pas été subtilisées à des fins malveillantes. Selon nos sources, à peine 21 dossiers auraient été consultés sur les milliers d’utilisateurs de la plateforme. Les personnes concernées auraient été avisées il y a quelques semaines.

« J’ai communiqué avec notre fournisseur, qui m’a confirmé que nous ne sommes pas sur la liste des clients dont le dossier de certains membres a été consulté », indique Marie-Claude Vallée, responsable des communications pour le club de gymnastique.

Même son de cloche du côté de la Ville de Bromont, qui a été mise au courant de la faille par un courriel du fournisseur. « Selon eux, aucune donnée de nos utilisateurs n’a été prise », mentionne Catherine Page, Responsable du bureau communications et de la Ville intelligente à Bromont.

À Rougemont, à Ange-Gardien et à Saint-Pie, personne non plus n’a été victime de la faille. « Ce serait vraiment un tout petit échantillonnage qui a été touché. Dans certaines municipalités, il n’y a qu’une personne dont les informations ont été consultées », fait savoir le directeur général de Saint-Pie, Claude Gratton.

Contrairement à ce qu’indiquait Le Journal de Montréal, Lac-Brome ne figure plus parmi les clients de l’entreprise repentignoise. La municipalité a mis un terme à son lien d’affaires avec Logiciels Sports-Plus le 1er janvier 2017 et n’a jamais géré ses inscriptions en ligne avec la plateforme. Ce faisant, les données de ses citoyens ne seraient pas concernées par cette brèche informatique, affirme Ghyslain Forcier, responsable des communications.

Audit externe
Bien que Sports-Plus ait fait savoir à ses clients que des correctifs avaient été apportés au logiciel pour éliminer la faille et en prévenir d’autres, Bromont envisage la possibilité de faire réaliser un audit externe du système pour s’assurer que les nouvelles mesures de sécurité sont adaptées et protègent les données de ses citoyens. « On regarde également l’entente qui nous lie avec Sports-Plus au niveau des services juridiques pour voir de quelle manière on est protégés », explique Mme Page.

La Voix de l’Est a tenté de communiquer avec le directeur de Logiciels Sports-Plus, Robert Martin. Au moment de publier ce reportage, mardi soir, il n’avait pas donné suite à notre message téléphonique.