Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un total de 360 kilos de produits de viande provenant de l’usine F. Ménard sera redistribué sous la forme de 3000 repas qui seront acheminés à l’organisme SOS Dépannage en janvier.
Un total de 360 kilos de produits de viande provenant de l’usine F. Ménard sera redistribué sous la forme de 3000 repas qui seront acheminés à l’organisme SOS Dépannage en janvier.

Don de 3000 repas à SOS Dépannage

Roxanne Caron
Roxanne Caron
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
SOS Dépannage est submergé par une vague de générosité. « Il y a déjà beaucoup d’entreprises qui nous soutiennent, mais cette année, le nombre a augmenté » constate Éric Vachon, porte-parole de l’organisme. F. Ménard fait partie des nombreuses entreprises qui ont récemment redonné à la communauté en offrant 5000 $ et 3000 repas.

L’usine d’abattage et de découpe de porcs d’Olymel à Ange-Gardien a organisé une journée d’abattage supplémentaire, en mai dernier, afin de réduire le trop grand nombre de porcs en attente en raison des ralentissements dans les opérations des transformateurs, conséquences de la COVID-19.

Cette initiative, émanant du Syndicat des salarié(e)s d’Agromex (CSD) et de la direction d’Olymel, a permis de transformer cette journée en une collecte de fonds pour soutenir les personnes démunies dans la région.

« Les employés avaient souhaité qu’un don de 2 $ par porc abattu lors de ces journées soit remis à SOS Dépannage Moisson Granby. La direction d’Olymel s’était pour sa part engagée à faire un don additionnel en denrées alimentaires pour la préparation de trois repas à être redistribués à des familles démunies pour chaque employé présent lors de cette journée d’abattage supplémentaire, en collaboration avec La Tablée des chefs et les Cuisines solidaires », laisse savoir Olymel dans un communiqué de presse.

Un total de 360 kilos de produits de viande sera redistribué sous la forme de 3000 repas qui seront acheminés à l’organisme en janvier.

Rappelons que SOS Dépannage a été forcé de laisser de côté sa guignolée conventionnelle pour la transformer en formule virtuelle.

La traditionnelle guignolée permet de recueillir 90 tonnes de denrées alimentaires, ce qui représente 700 000 $. « Bien que la campagne virtuelle va bon train, on est conscient que d’aller chercher 700 000 $ dans une campagne de financement c’est surréaliste », affirme M. Vachon.