Janna Hubacek, coordonnatrice au Centre d'action bénévole de Sutton et Stéphane Lusignan de IGA H. Després

Don d'aliments: une entente fructueuse à Sutton

Le supermarché IGA H. Després de Sutton et le Centre d'action bénévole de la municipalité ont mis sur place une initiative où chacun y trouve son compte. Depuis peu, l'épicerie permet à l'organisme de récupérer ses denrées non périssables invendables.
Ainsi, le premier se défait de produits qu'il ne peut pas écouler ; le second reçoit de précieuses denrées qui lui seront utiles pour sa banque de dépannage alimentaire et son service de cuisine collective, entre autres. On évite du même coup d'envoyer des aliments encore propres à la consommation aux poubelles.
Les normes strictes que doivent respecter les épiceries font en sorte que si l'emballage ou l'étiquette d'un produit est abîmé, ou bien que la date de péremption de l'aliment est dépassée, il n'est pas possible pour les commerces de les vendre.
Idem pour certains produits intacts, mais qui ne respectent pas certains standards - par exemple, un emballage où l'information n'est écrite qu'en anglais. Les invendables regroupent également les aliments faisant l'objet de rappels par les fabricants pour des ingrédients non déclarés ou pour non-conformité.
Ces produits sont retirés des tablettes et triés par le détaillant, explique Stéphane Lusignan, directeur du supermarché IGA H. Després de Sutton. Dans certains cas, le fabricant pourra créditer les commerçants pour les produits invendables, mais plus souvent qu'autrement, ces derniers prennent le chemin des déchets. « C'est un peu aberrant de voir tous les produits qu'on est obligés de jeter même s'ils sont encore bons », déplore-t-il.
Et même si cette catégorie de produits ne représente qu'un infime pourcentage dans l'inventaire des supermarchés, elle constitue des profits dont est privée l'entreprise. « Dans l'épicerie, même 1 %, c'est important, souligne l'homme d'affaires. Nos marges de profits sont beaucoup plus minces que dans d'autres types de commerces. »
Encore comestibles
Même si des boîtes de conserve sont enfoncées, que l'étiquette de certains produits est déchirée, ou que leur date de péremption est légèrement dépassée, la plupart des aliments demeurent comestibles encore un certain temps, rappelle Janna Hubacek, coordonnatrice au Centre d'action bénévole de Sutton (CAB). L'organisme dispose d'ailleurs d'une liste indiquant combien de temps les denrées peuvent encore être consommées.
L'apport des invendables pourrait permettre au CAB d'aider mieux les bénéficiaires actuels de ses services et, peut-être d'en aider davantage. Et, si des surplus s'accumulent, il n'est pas exclu que le centre les partage avec d'autres organismes qui pourraient en avoir besoin.
Le service de dépannage alimentaire aide entre 22 et 32 familles de Sutton et d'Abercorn chaque mois. Le tiers de ces ménages comptent des enfants tandis qu'un autre tiers est constitué d'aînés. La Guignolée permet pour sa part au CAB d'adoucir le Noël de 61 familles. 
Mme Hubacek calcule que les denrées offertes par le CAB de Sutton ont une valeur annuelle de plus de 20 000 $. « Mais avec les aliments qu'on n'inclut pas dans le calcul, ça pourrait monter facilement à 25 000 $ », souligne-t-elle.
Redistribuer localement
Jusqu'à récemment, les invendables étaient rapatriés à Montréal, où ils étaient redistribués à des banques alimentaires de la métropole. Mais depuis peu, les épiciers de la bannière IGA peuvent les offrir aux organismes de leur communauté, se réjouit M. Lusignan.
Un changement qui tombait à point puisque le centre d'action bénévole souhaitait tisser des liens plus étroits avec le supermarché. Déjà, une boîte à la sortie du commerce permettait aux consommateurs d'y laisser des denrées destinées au CAB, une initiative particulièrement fructueuse dans le temps de la Guignolée.
Les premières collectes ont eu lieu très récemment, mais des bras supplémentaires pour apporter bénévolement les denrées au CAB ne seraient pas de trop, a-t-on fait savoir. Les intéressés, qui doivent être disponibles sur un court préavis, peuvent communiquer avec Mme Hubacek au 450-538-1919 ou par courriel à l'adresse benevole.sutton@gmail.com