Le promoteur Marco Patry a approché Bromont pour son projet d'hébertisme urbain.

Divertigo: trois sites dans la mire à Bromont

Le promoteur du projet d'hébertisme urbain, Marco Patry, sonde des municipalités de la région pour que son initiative se concrétise. Bromont figure au haut de la liste avec Sherbrooke et Coaticook. Bien que les discussions en soient à leurs balbutiements avec les dirigeants de la «ville branchée», la localité a «de sérieux atouts» pour accueillir de telles infrastructures, a indiqué à La Voix de l'Est l'homme d'affaires.
Marco Patry a rencontré des représentants de la Ville il y a quelques jours. Une première réunion qu'il qualifie de «très positive». «Bromont a une position très favorable, a-t-il mentionné. Ce que je recherche, c'est un endroit avec une bonne affluence de touristes, une belle visibilité. La municipalité rejoint tout ça.»
À ce jour, trois emplacements sont ciblés pour le projet Divertigo à Bromont, dont le budget a légèrement été revu à la baisse, passant de 750 000$ à 700 000$, a indiqué le promoteur.  «Il reste à vérifier si [le projet] fonctionne avec les zonages», a-t-il spécifié.
Notons qu'un site d'une superficie de 30 000 pieds carrés (150 pieds par 200 pieds) est nécessaire à l'implantation des modules d'hébertisme. Selon nos informations, deux des trois terrains potentiels, appartenant à des intérêts privés, sont situés à proximité de la sortie 78 de l'autoroute 10.  
De son côté, la mairesse de Bromont, Pauline Quinlan, a confirmé que la Ville a démontré à M. Patry «une ouverture pour accueillir son projet». «Il y a eu des partages d'informations importantes entre le promoteur et la Ville, a-t-elle fait valoir. [...] L'hébertisme est une activité qui se prête à notre image. Notamment avec les infrastructures de plein air et les sports que l'on peut pratiquer ici. [...] Je pense aussi que c'est une activité qui pourrait être intéressante pour les familles.» 
Selon La Tribune, Destination Sherbrooke a également démontré de l'intérêt pour le projet d'hébertisme urbain. L'organisation cherche actuellement des sites qu'elle pourrait proposer au promoteur, a rapporté le quotidien.
Rappelons que Divertigo «était à l'origine proposé à la plage des Cantons à Magog, mais l'opposition citoyenne a forcé la Ville à reculer», a relaté La Tribune. La mairesse Vicki-May Hamm a annoncé cette décision le 21 août, lors de la séance du conseil municipal. 
Échéancier serré
Marco Patry souhaite que les modules d'hébertisme soient opérationnels dès 2018. Le projet doit donc progresser à vitesse grand V, entre autres afin de lui permettre d'aller chercher les capitaux nécessaires.
«Je cherche à avoir une officialisation d'un site pour le projet d'ici la fin septembre. [...] Pour être capable de présenter le projet au gouvernement [provincial], avec toutes les subventions  qui en découlent, je dois savoir où je vais me situer. Si j'ai au moins de bons accords verbaux et que les planètes s'alignent, je fonce», a lancé en entrevue M. Patry.
En ce sens, le promoteur a dit s'attendre «à un coup de fil de Bromont incessamment», soit d'ici le début de la semaine prochaine.
Bien qu'elle ne veuille pas «sauter d'étapes» dans la progression du dossier, Mme Quinlan a pour sa part indiqué que le projet pourrait se concrétiser rapidement. «S'il n'y a pas nécessité de changer le zonage et que ça se prête à la réglementation, a-t-elle dit, on verra avec le comité consultatif d'urbanisme si ça correspond à nos critères.»