Ceux qui sont des alliés de la cause LGBTQ2+ pourront l’afficher fièrement de manière virtuelle puisque l’organisme Divers-Gens a créé un cadre  sur Facebook aux couleurs du bracelet qui est désormais sa marque de commerce.
Ceux qui sont des alliés de la cause LGBTQ2+ pourront l’afficher fièrement de manière virtuelle puisque l’organisme Divers-Gens a créé un cadre  sur Facebook aux couleurs du bracelet qui est désormais sa marque de commerce.

Divers-Gens: un bracelet virtuel contre l’homophobie

En raison de la pandémie du coronavirus, l’organisme Divers-Gens ne pourra pas procéder, comme c’est devenu une tradition, à la distribution de milliers de bracelets aux perles arc-en-ciel dans le cadre de la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, qui aura lieu dimanche.

Un total de 5000 bracelets devaient être remis ces jours-ci, a confirmé le coordonnateur de l’organisme de soutien à la jeune communauté LBGTQ2+ de la Haute-Yamaska, Cédric Champagne.

« Nous allons généralement dans les écoles secondaires, écoles professionnelles et cégep de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi pour distribuer les bracelets, explique-t-il. Comme nous étions dans l’incertitude jusqu’à la mi-avril, il était difficile de prévoir quelque chose. »

Ceux qui sont des alliés de la cause pourront toutefois l’afficher fièrement de manière virtuelle puisque l’organisme a créé un cadre sur Facebook aux couleurs du bracelet qui est désormais sa marque de commerce.

Pour ce faire, il suffit de modifier sa photo de profil en y ajoutant le décor, qu’on retrouve en cherchant « As-tu ton bracelet ? »

L’organisme continue aussi sa mission de sensibilisation de soutien de manière virtuelle. Les écoles et centres de formation étant les points de contact usuels de Divers-Gens avec sa clientèle, le tout est plus difficile, reconnaît M. Champagne sur Messenger. « Il faut comprendre que la plupart des jeunes qui fréquentent notre organisme le font à l’insu de leurs parents », dit-il.

Vivre le confinement avec des parents qui ignorent ou qui n’acceptent pas l’affirmation de leur identité sexuelle peut être complexe et extrêmement difficile pour ces jeunes, ajoute le coordonnateur.

« L’isolement devient plus grand. En temps difficile, pensez à un·e ami·e de la diversité. Contactez la personne. Dites-lui que vous êtes là et que vous l’aimez », conseille-t-il sur la page Facebook de l’organisme.

La Journée internationale de la lutte à l’homophobie et à la transphobie célèbre ses 30 ans cette année.