La distribution des paniers de Noël représente une journée chargée pour les Chevaliers de Colomb de Cowansville, mais le tout s’est déroulé rondement grâce à une organisation ficelée au quart de tour.

Distribution de paniers de Noël: un baume au coeur

Grâce à la générosité des citoyens et à la participation de bénévoles, plus de 800 personnes démunies de la région de Cowansville passeront un temps des Fêtes plus joyeux. Plus de 300 paniers de Noël leur ont été remis, mercredi.

Plus tôt durant la journée, des dizaines de bénévoles se sont rassemblés au local des Chevaliers de Colomb de Cowansville pour confectionner les boîtes, qui contenaient chacune de quoi concocter trois repas quotidiens variés pendant quelques jours.

Les dons en argent provenant de la Guignolée sont venus bonifier les paniers en les dotant, par exemple, d’un sac de pommes ou d’un contenant de lait. On y trouvait également des coupons échangeables en épicerie.

Bien que l’anonymat des bénéficiaires soit garanti, les organisateurs ont pris soin de s’assurer que les besoins de chacun soient pris en compte.

Un système de codification assurait les bénévoles de remettre le panier approprié à la personne auquel il était destiné.

Les bénévoles ont travaillé sans relâche jusqu’à 22 heures, alors qu’il fallait aussi aller livrer des paniers de Noël à ceux qui ne pouvaient pas se déplacer.

« Chaque personne ou famille a un numéro qui nous permet de savoir ce qu’on doit mettre dans la boîte, explique le Grand chevalier Claude Santerre. Si le nombre est dans les 1000, c’est une personne célibataire et si par exemple, c’est dans les 3000, ça signifie qu’il y a trois enfants. »

Derrière ces numéros se cachent bien souvent des drames personnels et des moments difficiles, rappelle-t-on.

Pour Linda (nom fictif), ce temps des Fêtes ne s’annonce pas comme une période de réjouissances. « J’ai vécu une séparation et j’ai dû déménager dans un logement insalubre avec des problèmes de coquerelles. Disons que ça s’annonce comme un Noël de misère, mais ce soir, d’aller chercher mon panier et de voir toute l’organisation autour, ça me fait comme un pansement au cœur », a confié la dame.

Les bénévoles ont travaillé sans relâche jusqu’à 22 heures, alors qu’il fallait aussi aller livrer des paniers de Noël à ceux qui ne pouvaient pas se déplacer pour les récupérer, de même qu’à l’hôtel de ville de Dunham et de Frelighsburg.

Une journée chargée, mais qui s’est tout de même déroulée rondement grâce à une organisation ficelée au quart de tour.

« Ça c’est très bien passé! Et ce n’est pas grâce aux organisateurs: c’est à cause des bénévoles qui ont bien voulu prêter leurs bras et donner de leur temps! » souligne le responsable de la Guignolée et de la distribution des paniers de Noël, Lawrence Cotton.