Le virus ne présente pas de risque pour la santé humaine, ni pour la salubrité des aliments. Chez les porcelets, toutefois, ses effets sont dévastateurs.

Diarrhée épidémique porcine: une ferme de la région en quarantaine

Une ferme de la région est en quarantaine depuis que des tests de dépistage de la diarrhée porcine ont révélé, vendredi dernier, que le millier d'animaux qui s'y trouvent sont porteurs du virus.
Bien que l'industrie du porc soit sur le qui-vive, la diarrhée épidémique porcine (DEP), qui fait des ravages aux États-Unis depuis son éclosion en avril 2013, a finalement fait son chemin jusqu'au Québec. La semaine passée, des tests de routine effectués sur les quais de déchargement de porcs à l'abattoir de F. Ménard d'Ange-Gardien se sont avérés positifs à deux reprises: une première fois le lundi 10 février et la seconde, deux jours plus tard.
Les équipes de l'entreprise phare de production porcine au Québec ont donc rapidement remonté à la source pour éviter toute propagation. Une des trois fermes d'où proviennent les porcs qui ont transité par ces débarcadères durant cette période était contaminée.
 «Le bouton d'alarme est collé et la lumière rouge est allumée avec un virus comme celui-là, illustre Charles Surprenant, vétérinaire chez F. Ménard. En moins de 24heures, nous avons retrouvé la ferme. Les échantillons envoyés au laboratoire (Biovet) sont sortis positifs. Mille porcs sont porteurs du virus et il n'y a pas de chance à prendre.»
Tous les détails dans notre édition de lundi