Diane Perron a réitéré son intention de demeurer dans la course à la mairie de Bromont, démentant des rumeurs persistantes voulant qu'elle songe à se désister.

Diane Perron n'a pas l'intention de se retirer de la course

Depuis que La Voix de l'Est a dévoilé en primeur l'entrée en scène d'Yvon Carrier comme troisième candidat à la mairie de Bromont, des rumeurs circulent voulant que Diane Perron, une de ses adversaires, songe à faire volte-face. Ce que rejette du revers de la main la principale intéressée, réitérant sans hésiter sa volonté de briguer les suffrages pour succéder à Pauline Quinlan.
Questionnée à propos de la véracité de ces rumeurs, dont elle a eu écho, Diane Perron persiste et signe. « Je suis surprise que des gens lancent des faussetés comme ça. Je ne sais pas d'où ça part et quelle est la game derrière ça. [...] Une chose est certaine, c'est tout à fait non fondé. Je suis une femme de parole. J'ai décidé de me présenter à la mairie et je vais aller jusqu'au bout. Qu'une personne de plus soit dans la course, ça ne change absolument rien pour moi », a-t-elle tranché. 
Rappelons qu'outre Yvon Carrier, Diane Perron se mesurera à son actuel collègue au conseil municipal, Louis Villeneuve, en novembre prochain. Sans vouloir dénigrer ses concurrents, l'aspirante mairesse dit avoir des atouts de premier ordre pour prendre la relève de Pauline Quinlan, qui ne sollicitera pas de nouveau mandat. 
« J'ai une expérience de huit ans dans le monde municipal, a-t-elle affirmé. Je suis une personne objective et j'aime les citoyens. Et surtout, je ne suis liée à aucun groupe. Mon indépendance est très importante et je veux la préserver. »
Engagements
Depuis qu'elle a dévoilé officiellement à la fin juillet, via La Voix de l'Est, ses intentions de briguer la mairie, celle qui représente les citoyens du district 3 (Mont-Brome) a continué de prendre le pouls des gens de sa communauté. Mais pas question de prendre une flopée d'engagements. 
« Je ne veux pas faire de promesses de réduire les taxes, d'avoir un centre communautaire ou une piscine. Ce n'est pas ma façon de faire les choses. »
Le développement durable trône toutefois en haut de la liste de ses priorités, a-t-elle mentionné. « Notre grand défi à Bromont est de maintenir l'équilibre entre le dévelop­pement et la conservation de sites. Il faut encourager les gens à continuer de faire des dons de terrains. »
Une meilleure cohésion entre la municipalité et les promoteurs est aussi souhaitable, a poursuivi celle qui oeuvre depuis quelques années au sein du comité consultatif d'urbanisme de la localité. « Je crois qu'il faut mieux accompagner les promoteurs pour qu'ils arrivent avec des projets qui répondent aux besoins de tout le monde. Travailler plus étroitement avec eux permettrait d'arriver avec une solution plus rapide entre les deux parties. »